WebRwanda.com

🔒
❌
There are new available articles, click to refresh the page.
Yesterday — May 19th 2018IGIHE - Version Française

RDC : les accusations de « complot » contre le Rwanda des services de sécurité congolais sont-elles crédibles ?

By Jovin Ndayishimiye

« L'armée congolaise prend cette affaire très au sérieux et se prépare avec tous ses moyens à faire échec à cet énième complot. » Sur WhatsApp, un haut-responsable des Forces armées de la RDC (FARDC), proche du président Joseph Kabila, nous confie que Kinshasa soupçonne une tentative de déstabilisation des institutions congolaises, avec la complicité de Kigali.

Officiellement, tout est parti de l'interpellation, le 23 avril, de Brigitte Safari Misabiro, épouse de Désiré Rwigema, le coordonnateur en charge du suivi de la mise en oeuvre de la « déclaration de Nairobi », conclue fin 2013 entre son ex-groupe armé Mouvement du 23 mars (M23) et le gouvernement congolais. Cette quadragénaire, présentée comme une ressortissante rwandaise, a été arrêtée à la « petite barrière » qui sépare la RDC du Rwanda avant d'être transférée, le 11 mai, à Kinshasa où elle est toujours détenue.

Un (nouveau) mouvement rebelle en gestation ?
Les agents de renseignement militaire affirment avoir trouvé sur elle des documents compromettants liés à un projet de constitution d'un mouvement insurrectionnel dénommé « Front pour la restauration du Congo ». « Ces documents, saisis dans son sac, devaient être remis à quelqu'un à Goma », croit savoir notre source au sein du quartier général des FARDC à Kinshasa. À l'en croire, Brigitte Safari Misabiro « refuse de dénoncer » la personne à qui ces cinq pages partiellement manuscrites étaient destinées. Jeune Afrique a pu consulter la copie de ces documents.

Le M23, qui demande la « libération immédiate » de Brigitte Safari Misabiro, se dit « très préoccupé » par le fait que cette dernière « n'a jamais été présentée devant son juge naturel pour répondre de probables faits infractionnels allégués contre elle ». « Son état de santé est inquiétant : elle souffre de la tension artérielle », fait savoir Bertrand Bisimwa, chef de l'ex-groupe rebelle, dans une correspondance adressée le 4 mai au bureau du Mécanisme conjoint de vérification de la Conférence internationale sur la région des Grands lacs (CIRGL).

Voix discordantes à Kinshasa
Contactés, les services de renseignement militaire congolais disent poursuivre une « exploitation approfondie » des documents. Mais ils pointent déjà, une fois encore, Moïse Katumbi qui serait, selon eux, derrière cette nouvelle affaire. « Nous estimons que l'orgueil de Katumbi a pris de l'altitude depuis son passage à Kigali et les tractations entre ses délégués et quelques personnalités à Kampala entre le 8 et le 20 avril », répond un officier proche du dossier.

Ça devient grotesque et ridicule », estime le député Delly Sesanga
Selon lui, ces hommes de Katumbi y étaient accompagnés de Mbusa Nyamwisi, cadre lui-aussi de la plateforme katumbiste Ensemble pour le changement et étaient « logés à Nakasero, près du Stage House à Kampala, dans une des résidences du général Salim Saleh, membre de la famille du président [Yoweri] Museveni ». Ce qui lui fait dire qu'il y a un « complot en préparation contre la RDC » depuis Kampala et Kigali, où, soutient cet officier, aurait été « repérée plusieurs fois dans le cercle présidentiel rwandais, entre octobre 2017 et mars 2018, l'épouse de Katumbi ». Ce que Kigali et l'entourage de l'opposant démentent catégoriquement.

« Ça devient grotesque et ridicule », se désole le député Delly Sesanga, secrétaire général d'Ensemble pour le changement. Outre une information judiciaire ouverte contre Katumbi pour usurpation de la nationalité, ce candidat déclaré à la présidentielle, contraint à l'exil, est déjà inculpé dans une rocambolesque affaire de recrutement de présumés mercenaires et condamné à trois ans de prison dans un autre étrange litige immobilier. Des « mascarades » dénoncées dans un rapport confidentiel des évêques congolais, consulté en mai 2017 par JA.

Aujourd'hui, étrangement, ces accusations graves portées par les services de sécurité congolais mettent mal à l'aise l'exécutif congolais. Joint par téléphone jeudi 17 mai, soit près d'un mois après l'arrestation de Brigitte Safari Misabiro, Henri Mova Sakanyi, le vice-Premier ministre en charge de l'Intérieur et de la Sécurité, a semblé ne pas être au courant du dossier. Lambert Mende, le porte-parole du gouvernement, a quant à lui expliqué qu'il existe des « menaces contre la sécurité de la RDC » mais il indique n'avoir « aucune connaissance de ceux qui sont derrière ».

Kigali hausse le ton
À Kigali, les soupçons de Kinshasa ne passent pas. « Le Rwanda ne veut pas servir encore de bouc émissaire au profit d'un gouvernement en difficulté, qui voit les complots rwandais partout pour ne pas faire face à ses propres responsabilités », prévient une source gouvernementale rwandaise.

Du côté d'Ensemble pour le changement, on souligne que « Moïse Katumbi discute avec tous les dirigeants de la région et du monde pour plaider la cause du Congo, mais c'est Joseph Kabila qui a un lien avec le M23 : les deux parties ont signé un accord et certains ex-rebelles ont même intégré les institutions. » « En fait, conclut Delly Sesanga, Joseph Kabila est en train d'installer une dictature en voulant supprimer tous les adversaires du jeu politique. »

jeune afrique

Uvira : des jeunes barricadent la route Kavimvira après l'assassinat d'un chef de quartier

By Jovin Ndayishimiye

Pour manifester leur protestation face à l'insécurité, des jeunes ont placé barricadé, tôt le matin de samedi, la route de Kamvivira, vers la frontière entre la RDC et le Burundi. Ils y ont placé de grosses pierres et ont brûlé des pneus à plusieurs endroits, entre le rond-point et la frontière de Kavimvira.

Ce chef d'avenue a été tué par balle au domicile de sa deuxième femme, rapportent des témoins. La parcelle se trouve non loin du marché Kavimvira, derrière le bureau du quartier.

Selon les témoins, deux hommes armés non cagoulés ont fait incursion dans la clôture de la victime. Mais le chef Mandra Mazibo n'était pas dans sa parcelle. Lorsqu'il est arrivé, il a à peine fermer la porte de l'enclos et les deux hommes vont l'abattre de sang-froid.

L'un des malfrats est entré ensuite dans la maison où se trouvait la femme. Ils l'ont menacé de mort et l'ont dépouillé de l'argent et d'un téléphone portable et ils se sont retirés.

Un crime qui a soulevé la population de Kavimvira, principalement les jeunes. Ils ont barricadé les routes. Tous les véhicules en provenance du Burundi sont bloqués devant la concession des pères xavériens à Kilomoni.

Ils ont placé une autre barricade devant le bureau du quartier Kavimvira, en face de la MONUSCO.

L'assistant de l'administrateur en charge des Finances, la cheffe de cité, les Forces armées de la RDC et la police sont en pourparlers avec la MONUSCO et les manifestants en vue de dégager la route.

radio okapi

L'ancienne Caisse Sociale du Rwanda dénommée RSSB réajuste les minables pensions-retraite

By Jovin Ndayishimiye

Le Directeur de Département Pensions-Retraite près RSSB, M. Oswald Munyandekwe, a donné une conférence de presse ce 16 mai au QG de RSSB pour annoncer que pour le mois d'avril écoulé, RSB a dépensé 2.2 milliards de francs de packages de pensions-retraite contrairement à 1.7 milliards de facture des mois antérieurs.

"Nous avons commencé les nouveaux barèmes de pensions-retraite augmentés de 430 millions de francs avec ce mois d'avril", a dit Oswald Munyandekwe soulignant la préoccupation du Gouvernement rwandais à opérer un réajustement des pensions des retraités à la situation actuelle des prix sur le marché des biens et services de consommation.

Pour rappel le réajustement des pensions face à la dévaluation du franc rwandais et à l'évolution des prix des biens et services économiques sur le marché ont eu lieu trois fois au cours de l'existence de la Caisse Sociale du Rwanda, 1974, actuellement RSSB.

Le premier réajustement a eu lieu en 1981, un autre en 2002 et enfin le troisième en février 2018. Au cours de ce récent réajustement, les retraités qui percevaient moins de 5.200 Frw par mois ont connu une hausse de 157.2% de leurs packages et des packages de 5.200 à10000 frw, 118%. Cette tendance s'est adoucie pour ceux qui percoivent une pension comprise entre 20 et 50.000 frs qui voient une augmentation de 45.5%.

Par contre ceux qui ont des packages allant de un million de francs et plus verront des augmentations passant de 0.502% à 0.071% au fur et à mesure où le package devient de plus en plus consistant. Ces barèmes des pensions-retraite traduisent-il les disparités criantes dans la redistribution de revenus au Rwanda ?

M. Oswald Munyandekwe, Directeur du Département Pensions. Pour lui, un effort a été fait de réajuster les pensions-retraite pour renforcer la capacité du pouvoir d'achat des retraités de la Fonction Publique et du Secteur privé

Il y a une nécessité de revoir le mode de prélevement des pensions-retraite qui devraient s'étendre aux secteurs communément dits informels pour aider à la distribution de packages consistants aux retraités percevant d'insignifiantes pensions.

En effet, des statistiques disponibles montrent que les hauts et moyens fonctionnaires du gouvernement, les simples agents et autres employés du secteur privé qui participent aux contributions à RSSB en donnant leurs parts et les parts patronales mensuelles, se chiffrent à 600.000 sur une population active nationale de plus de cinq millions de citoyens.

RSSB gère 36.000 dossiers de pensions-retraite rémunérés mensuellement et 4.000 packages pour accidents professionnels.

Quelles stratégies adopter pour secouer les agents de RSSB et de ses partenaires pour faire en sorte qu'un ou deux ou trois millions de Rwandais exerçant dans le secteur agro élevage puissent s'affilier de leur plein gré à la pension-retraite ?
Cela permettrait-il à la plupart des bénéficiaires actuels de miniscule pension-retraite de la voir gonflée pour faire face à leurs besoins de première nécessité ?

siege de RSSB

Tout est question de volonté politique pour un jeune pays renaissant de ses cendres de pouvoir tenir pendant plusieurs décades de reconstruction des richesses détruites durant le génocide des tutsi en 1994 et la faillite générale de l'Etat afin de changer parfaitement et avec esprit de suite les mentalités sociales et batir une nation rwandaise nouvelle.

Jovin Ndayishimiye

Projet San Franscisco essaye Sept vaccins contre HIV en expérimentation au Rwanda

By Jovin Ndayishimiye

"Notre expérimentation sur le virus du SIDA a concerné sept vaccins sur 270 patients depuis 2005. Cependant les recherches continuent pour découvrir le vrai vaccin dans un proche avenir", a dit Julienne indiquant que ces vaccins sont essayés aux cobayes animaux avant d'être inoculés aux humains précisant qu'il est expliqué aux personnes qui se soumettent à cette expérimentation que le vaccin qui va leur être inoculé ne contient pas de virus du sida, que l'objectif poursuivi est d'analyser les réactions de l'orgnisme humain comparée à celle d'autres animaux face à ce vaccin.

"Les personnes qui ont bénéficié de ces vaccins depuis 2005 n'ont montré aucune conséquence et réaction négative quand à la créatuion de globules blancs participant à la protection de leurs organismes", a dit Julienne trouvant néanmoins que cette résistance n'était pas suffisante, que par conséquent la recherche en cette matière continue.

Les statistiques de l'OMS montrent qu'en 2016, 36.7 millions de personnes dans le monde étaient atteintes de VIH-Sida, que 1.8 millions sont nouvellement inoculés et qu'un million de sidéens meurent chaque année.

Au Rwanda, le taux de prévalence du Sida est de 3% et 2.500 en meurent chaque année.

IGIHE

Before yesterdayIGIHE - Version Française

Le Rwanda à son septième test de vaccin contre le SIDA

By Olga Ishimwe

Un vaccin contre le VIH serait le seul moyen d'arrêter complètement la propagation du VIH une fois pour toutes.

À l'heure actuelle, un vaccin préventif efficace reste des années de réalisation, mais il y a beaucoup de progrès passionnants qui indiquent que le monde se rapproche.

Selon Julienne Mukamwezi, infirmière et conseillère à Projet San Francisco (PSF), le seul centre de recherche sur le VIH au Rwanda, tout le monde fait son possible dans la recherche qui mènera un jour, un monde sans la pandémie qui a brisé le monde depuis les années 1980, le sida.

Située dans le district de Kicukiro à Kigali, la PSF a été fondée en 1986 par la chercheuse américaine Dr. Susan Allen, principalement pour mener des recherches sur le VIH et d'autres maladies sexuellement transmissibles.

En collaboration avec l'Initiative internationale pour un vaccin contre le sida (IAVI) et le ministère de la Santé du Rwanda avec le financement de l'USAID, Mukamwezi a déclaré à IGIHE que la PSF a testé sept vaccins contre le VIH sur 274 personnes au Rwanda.

"Nous souhaitons et espérons qu'un jour nous ayons un vaccin contre le VIH / SIDA, mais nous ne pouvons pas savoir maintenant l'heure exacte qui sera atteinte", a-t-elle dit.

Un vaccin est une préparation biologique qui améliore l'immunité contre une maladie particulière, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Procédures d'analyse des vaccins

Mukamwezi a précisé que les vaccins, comme n'importe quel autre médicament, sont d'abord examinés en laboratoire, puis testés sur de petits animaux (comme les souris, les lapins) et ensuite sur des animaux avec des similarités avec des humains, comme des singes.

"Si les animaux souffrent sérieusement des effets du vaccin, ce vaccin ne dépassera pas le stade du test. Si par contre le vaccin ne provoque pas d'effets graves,il est ensuite testé sur des êtres humains pour voir si le corps humain se comporte comme les animaux contre ce vaccin ", a-t-elle dit.

Elle a supprimé les illusions selon lesquelles on pouvait attraper le VIH pendant les tests.

"Quelqu'un peut penser que tester un vaccin contre le VIH sur eux peut leur faire attraper le virus, ce qui n'est pas vrai. Il n'y a pas de virus VIH dans le vaccin. Le but du test est de vérifier si le vaccin augmente l'immunité du corps et ne cause pas de problèmes graves à l'organisme. Nous continuons d'enseigner aux bénéficiaires de notre vaccin qu'ils doivent se prémunir contre tout acte les exposant au VIH ", a-t-elle dit.

Depuis que le PSF a commencé le test du vaccin contre le VIH en 2005, il a été prouvé que les vaccins ne causent aucun dommage aux personnes. La plupart des vaccins ont été capables d'augmenter l'immunité du corps contre le VIH mais la recherche continue car l'immunité était insuffisante.

Mukamwezi a encouragé les Rwandais à se garder contre le SIDA, rappelant qu'il est toujours là sans aucun remède ni vaccin. Elle a mis en garde les jeunes, en particulier ceux qui se comportent de manière imprudente d'une manière qui les expose au VIH, les exhortant à valoriser leur vie et à éviter de la détruire en péril.

Les chiffres de l'OMS indiquent qu'il y avait 36,7 millions de personnes vivant avec le VIH / sida en 2016, alors que 1,8 million en étaient atteintes et un million par an.

La prévalence du VIH/SIDA est de 3% au Rwanda et tue plus de 2 500 par an.

Le Centre de recherche "Projet San Francisco" a des laboratoires où les vaccins sont examinés
Depuis que le PSF a commencé le test du vaccin contre le VIH en 2005, la plupart des vaccins ont été capables d'augmenter l'immunité du corps contre le VIH
Selon Julienne Mukamwezi, infirmière et conseillère à Projet San Francisco (PSF), le seul centre de recherche sur le VIH au Rwanda, tout le monde fait son possible dans la recherche qui mènera un jour, un monde sans la pandémie qui a brisé le monde depuis les années 1980, le sida.
Le Projet San Fransisco a été fondée en 1986 par la chercheuse américaine Dr. Susan Allen, principalement pour mener des recherches sur le VIH et d'autres maladies sexuellement transmissibles.

Jean d'Amour Mugabo

La ministre rwandaise à la Présidence à propos des promesses de Kagame à ses Citoyens

By Jovin Ndayishimiye

La Ministre Judith a fait ces déclarations ce mardi 15 mai à la sortie de la Commission Parlementaire du Budget où elle était allée défendre le budget annuel 2018-19 alloué à la Présidence de la République.

"Au cours de la période 2010-2018, le Président Paul Kagame a fait aux citoyens 312 promesses de construction de routes, centres de santé, maisons d'habitations pour indigents... A ce jour, 248 promesses ont été traduites en projets déjà achevés. 45 autres sont dans le processus de réalisation. 19 restants vont l'être au cour de l'année budgétaire 2019-2020", a dit la Ministre montrant le ferme engagement de la Présidence de la république pour la réalisation de ces promesses.

Au nombre de ces promesses, il y a la réalisation du tronçon routier Butare-Kibeho pour desservir cette nouvelle ville Kibeho touristique au religieux, des stades de districts et des hôpitaux.

IGIHE

Le Rwanda à son septième test de vaccin contre le SIDA

By Olga Ishimwe

Un vaccin contre le VIH serait le seul moyen d'arrêter complètement la propagation du VIH une fois pour toutes.

À l'heure actuelle, un vaccin préventif efficace reste des années de réalisation, mais il y a beaucoup de progrès passionnants qui indiquent que le monde se rapproche.

Selon Julienne Mukamwezi, infirmière et conseillère à Projet San Francisco (PSF), le seul centre de recherche sur le VIH au Rwanda, tout le monde fait son possible dans la recherche qui mènera un jour, un monde sans la pandémie qui a brisé le monde depuis les années 1980, le sida.

Située dans le district de Kicukiro à Kigali, la PSF a été fondée en 1986 par la chercheuse américaine Dr. Susan Allen, principalement pour mener des recherches sur le VIH et d'autres maladies sexuellement transmissibles.

En collaboration avec l'Initiative internationale pour un vaccin contre le sida (IAVI) et le ministère de la Santé du Rwanda avec le financement de l'USAID, Mukamwezi a déclaré à IGIHE que la PSF a testé sept vaccins contre le VIH sur 274 personnes au Rwanda.

"Nous souhaitons et espérons qu'un jour nous ayons un vaccin contre le VIH / SIDA, mais nous ne pouvons pas savoir maintenant l'heure exacte qui sera atteinte", a-t-elle dit.

Un vaccin est une préparation biologique qui améliore l'immunité contre une maladie particulière, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Procédures d'analyse des vaccins

Mukamwezi a précisé que les vaccins, comme n'importe quel autre médicament, sont d'abord examinés en laboratoire, puis testés sur de petits animaux (comme les souris, les lapins) et ensuite sur des animaux avec des similarités avec des humains, comme des singes.

"Si les animaux souffrent sérieusement des effets du vaccin, ce vaccin ne dépassera pas le stade du test. Si par contre le vaccin ne provoque pas d'effets graves,il est ensuite testé sur des êtres humains pour voir si le corps humain se comporte comme les animaux contre ce vaccin ", a-t-elle dit.

Elle a supprimé les illusions selon lesquelles on pouvait attraper le VIH pendant les tests.

"Quelqu'un peut penser que tester un vaccin contre le VIH sur eux peut leur faire attraper le virus, ce qui n'est pas vrai. Il n'y a pas de virus VIH dans le vaccin. Le but du test est de vérifier si le vaccin augmente l'immunité du corps et ne cause pas de problèmes graves à l'organisme. Nous continuons d'enseigner aux bénéficiaires de notre vaccin qu'ils doivent se prémunir contre tout acte les exposant au VIH ", a-t-elle dit.

Depuis que le PSF a commencé le test du vaccin contre le VIH en 2005, il a été prouvé que les vaccins ne causent aucun dommage aux personnes. La plupart des vaccins ont été capables d'augmenter l'immunité du corps contre le VIH mais la recherche continue car l'immunité était insuffisante.

Mukamwezi a encouragé les Rwandais à se garder contre le SIDA, rappelant qu'il est toujours là sans aucun remède ni vaccin. Elle a mis en garde les jeunes, en particulier ceux qui se comportent de manière imprudente d'une manière qui les expose au VIH, les exhortant à valoriser leur vie et à éviter de la détruire en péril.

Les chiffres de l'OMS indiquent qu'il y avait 36,7 millions de personnes vivant avec le VIH / sida en 2016, alors que 1,8 million en étaient atteintes et un million par an.

La prévalence du VIH/SIDA est de 3% au Rwanda et tue plus de 2 500 par an.

Le Centre de recherche "Projet San Francisco" a des laboratoires où les vaccins sont examinés
Depuis que le PSF a commencé le test du vaccin contre le VIH en 2005, la plupart des vaccins ont été capables d'augmenter l'immunité du corps contre le VIH
Selon Julienne Mukamwezi, infirmière et conseillère à Projet San Francisco (PSF), le seul centre de recherche sur le VIH au Rwanda, tout le monde fait son possible dans la recherche qui mènera un jour, un monde sans la pandémie qui a brisé le monde depuis les années 1980, le sida.
Le Projet San Fransisco a été fondée en 1986 par la chercheuse américaine Dr. Susan Allen, principalement pour mener des recherches sur le VIH et d'autres maladies sexuellement transmissibles.

Jean d'Amour Mugabo

De jeunes industries alimentaires telles Fromagerie Lumière font avec assurance leurs premiers pas

By Jovin Ndayishimiye

De ces unités de transformation alimentaire sont-elles éparpillées un peu partout dans le pays ? Tant mieux ! Il y aura à chacune d'entre elles qui le désirent un jeune lauréat de faculté de Food sciences pour les accompagner dans leur quête d'amélioration de la qualité de leur production au frais de RSB qui, en partenariat avec d'autres agences gouvernementales telle la NIRDA/ National Industrial Research and Development Agency, se chargeront de payer les frais du stagiaire.

Une vue de la reunion de consultation

« Nous allons prendre un groupe de 50 jeunes lauréats qui vont être briefés pour un certain temps avant d'être affecté à des PMEs qui en feront la demande », a dit Raymond Murenzi, DG de RSB indiquant que les premiers stagiaires affectés dans différentes PMEs sont trè appréciés des propriétaires de celles-ci.

« De stagiaires, ils sont passés en moins de temps à la qualité d'experts très écoutés par le personnel et l'administration de la PME où ils sont affectés », a-t-il ajouté confirmant ainsi les confidences faites par les participants à la rencontre.

« Le jeune qui est affecté à Fromagerie Lumière Ltd de Musanze dont je suis le dirigeant restera après le stage. Il nous a été très utile au point que nous accepterons les conditions d'embauche qu'il nous proposera », a dit l'abbé Théoneste Munyakindi qui se spécialise dans la production du fromage IKIMURI très apprécié par les alimentations et supermarchés de Kigali, Rubavu et Musanze.

Le Podium de la rencontre

Avec cette appréciation la tendance de placement des 4.300 jeunes lauréats d'universités de sciences alimentaires regroupés au sein de RYAF (Rwanda Youth Agro Business Forum) n'auront pas de problème à être affectés dans différentes PMEs changeant ainsi la face de l'industrie de transformation agro alimentaire rwandaise.

« Si je pouvais avoir au moins dix agents qui comprennent comme il faut la production alimentaire et les notions pratiques d'électricité, d'électronique et d'informatique, la production de mon usine irait mieux davantage », a confié Célestin Kubumwe, Dr en sciences agro-alimentaires dirigeant une PME sise à Gisagara (province du Sud) dont la construction et l'équipement installé auront coûté 900 millions de francs.

Cette réunion de consultation aura montré une tendance positive nouvelle dans le chef des entrepreneurs. Ils veulent produire des marchandises labellisées.

Abbe Theoneste sollicite par les media pour savoir le secret du succes de Fromagerie Lumiere

« Nous avons commencé en 2016 avec un capital fixe et de roulement de 150 millions de francs. Mais actuellement nous estimons avoir gagné plus de 30% de la mise », a dit l'Abbé Théoneste de Fromagerie Lumière trouvant utile de penser à initier d'autres produits dont le vin de bananes, des yogourts…

« Nous pensons prendre deux ou trois lauréats des universités de sciences alimentaires, les accompagner dans la mission que nous leur assigneront d'inventer des produits certifiés et portant label de Fromagerie Lumière », a-t-il confié à IGIHE montrant qu'il tient à, si les moyens financiers le lui permettent, doter son entreprise d'un kit laboratoire devant vérifier la qualité des produits de l'entreprise qui auront leur Marque Déposée.

Jovin Ndayishimiye

Un enfant enlevé avec demande de rançon à Kicukiro

By Jovin Ndayishimiye

Cette veuve est mère de 6 enfants dit que le rapt de son cadet s'est déroulé vers 19 heures dans la petite soirée alors que son enfant jouait avec ses petits camarades devant la propriété familiale.

La rançon demandée n'est pas exorbitante car la mère reçoit de temps à autre un message disant : "Viens récupérer ton enfant avec 20.000 frw (environ 23 USD)".

Cette mère malheureuse dit que cette personne qui a commis le forfait change de location disant tantôt être dans la ville de Kabuga, tantôt de Rwamagana, vers l'est du pays

Euralie Nakabonye, la mère de l'enfant enlevé par un inconnu
L'aire de jeu de l'enfant enlevé

IGIHE

Angola-Rwanda vers des relations bilatérales privilégiées en matiere de sécurité

By Jovin Ndayishimiye

Dr Angelo s'est adressé à la presse pour montrer l'étendue du domaine de coopération en matière de sécurité.

"Nous allons signer des accords montrant les grandes lignes des domaines de coopération bilatérale et concernant les instances de sécurité dont la Police, les organes d'investigation criminelle, ceux de l'immigration-émigration, des accords relatifs au training et formations, ceux de renforcement de capacité, l'aide technique et autres", a dit le Ministre angolais.

Le Ministre rwandais de la Justice a été assez clair sur les intentions des deux parties.

"Des accords vont être signés en rapport avec la coopération policière, celle des organes pénitentiaires et du Bureau d'Investigation (RIB)", a dit Johnston montrant que ces accords visent outre les échanges d'information mais aussi l'échange de criminels.

Le Ministre Angelo et sa délégation ont visité le One Stop Center Isange au QG de la Police Nationale rwandaise, les offices de RIB (Rwanda Investigation Bureau) et le Laboratoire nationale de médecine légale.

IGIHE

Nyabihu a un maire ad intérim : Mme Odette Musabimana

By Jovin Ndayishimiye

La décision de nommer cette dame à l'intérim de district est tombée ce 14 mai. Sur 22 membres du Conseil consultatif de District, 21 ont approuvé le choix sur elle pour diriger le District le temps d'élire un Maire pour terminer le mandat de Théoneste Uwanzwenuwe démissionnaire il y a de cela trois jours.

L'on se souviendra que ce Maire a démissionné de son poste en même temps que son vice-maire chargé d'affaires sociales, Clarisse Mukansanga. La cascade des démissions avait commencé avec le Vice Maires Affaires économiques, Antoine Mugwiza suivi par le Secrétaire Exécutif de ce District, James Ngabo, qui avait démissionné de son poste le 17 avril 2018.

IGIHE

Usage de faux : il passe pour un agent de NPD Cotraco pour voler des biens de construction de 24.8 millions

By Jovin Ndayishimiye

Arrêté avant la consommation de son crime, il est gardé à vue à la station de police. Le Commerçant a eu le flair de vérifier si rééllement l'argent avait été versé sur son compte surtout qu'il n'avait pas reçu d'avis de dépôt d'argent sur son compte à partir des messages coutrs généralement envoyés par les banques via son téléphone portable.

Source : Makuruki.rw

IGIHE

Mauritanie, l'acharnement contre l'opposition

By Jovin Ndayishimiye

Ces menaces ont provoqué les protestations de William Bourdon et Elyezid Yezid, les avocats des personnalités mauritaniennes mises en cause. Ces perquisitions semblent intervenir à la suite de l'ouverture précipitée, par le Parquet de NOUAKCHOTT, d'une nouvelle procédure visant des faits d'évasion fiscale et de blanchiment, procédure opportunément ouverte contre X (d'évidence pour tenter vainement de neutraliser son caractère opportuniste).

Le fils de Monsieur Mohamed Ould Boumatou a été emmené au poste de police pour y être interrogé pendant quelques heures.Ces perquisitions ont également conduit à l'interpellation de l'épouse de Monsieur Mohamed DEBAGH qui a été ensuite relâchée. Seules des armes dont la détention était autorisée ont été saisies.

Un acharnement judiciaire Après que le juge d'instruction ait refusé, à juste titre, de scinder cette deuxième procédure de la première ayant conduit à la diffusion de mandats d'arrêt et de Notices rouges, aujourd'hui à l'examen de la Commission d'interception d'INTERPOL, le Parquet a saisi la Chambre d'accusation qui a accepté le principe de deux procédures séparées.

L'acharnement judiciaire mis en œuvre par le pouvoir du Président AZIZ en MAURITANIE à l'encontre de nos clients est sans limite.Il avait déjà conduit à de grossières falsifications et à une instrumentalisation éhontée de la loi réprimant la corruption des agents publics étrangers pour tenter de criminaliser nos clients...

mondafrique.com

L'axe Macron Kagamé se confirme

By Jovin Ndayishimiye

Les relations entre les présidents Macron et Kagame sont bonnes et empreintes de la realpolitik. Les deux présidents ont une réelle empathie. A l'occasion d'événements internationaux, ils se sont déjà rencontré trois fois en un an. La période de crispation du président Hollande, entretenue par le lobby militaire jadis omniprésent à l'Élysée, est bien révolue. Le chef d'état-major des Armées, le général Lecointre, ancien de l'opération Turquoise au Rwanda, ne peut guère peser sur le président Macron, comme le faisait le général Puga auprès du président Hollande.

Le concours du Maroc a été important dans ce rapprochement. Le Roi du Maroc fait tout pour que la France soutienne la rwandaise Louise Mishikiwabo pour qu'elle devienen la prochaine Secrétaire générale de l'OIF.

L'Afrique qui bouge

Le président Kagame sera à Paris pour visiter le salon Viva Technology, qui se tiendra Porte de Versailles du 24 au 26 mai 2018. Ce salon international concurrence celui de Las Végas pour l'innovation technologique, l'intelligence artificielle, l'incubation des startups et l'e economie. Un espace réservé à l'Afrique sera la nouveauté du salon parisien. Plus d'une centaine d'entreprises africaines seront présentes à côté de plusieurs centaines de multinationales. Après Davos, Paul Kagame représentera l'Afrique qui bouge et qui entend participer au nouveau monde. C'est bien cette vision que soutient le président Macronet non celle d'une Françafrique encore vivante avec les kleptocrates d'Afrique centrale francophone.

Paul Kagame rencontrera le président Macron, après son retour de Saint Pétersbourg, le 25 mai. L'Union africaine que Kagame préside, la question du Sahara occidental, la situation en Centrafrique et la candidature de la ministre des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, pour la succession de Michaelle Jean, à la tête de l'OIF, seront au menu.

Il va de soi que le rétablissement des relations diplomatiques normalisées avec un ambassadeur de France à Kigali sera le point d'orgue de la rencontre de Paris. Les gestes, de part et d'autre, laissent espérer une telle issue.

Mondafrique

Une industrie pharmaceutique Apex Biotech pour malaria, tuberculose et ARVs

By Jovin Ndayishimiye

Cette industrie sera construite durant dix huit mois dans la Kigali Special Economic Zone et utilisera quelque 100 pharmaciens locaux.

« Ces médicaments seront produits au Rwanda avec le bénéfice de la réduction de leurs prix à la consommation et une qualité très contrôlée selon les normes internationales », a dit Diane Gashumba, ministre de la santé à la pose de la première pierre du site où va se construire cette usine, oubliant délibérément de dire que toutes les matières premières de cette usine seront toutes importées.

La ministre a souligné un autre côté positif de cette usine qui fera épargner quelques milliards de devises fortes qui sont dépensées à l'importation de ces médicaments. « Nous dépensons l'équivalent de 25 milliards de francs chaque année soit environ 28.9 millions USD pour l'achat à l'étranger de ces médicaments qui seront produits localement. Ce sera de gagné pour bientôt », a-t-elle dit avec satisfaction révélant qu'elles sont quatre entreprises pharmaceutiques qui sollicitent leur entrée au Rwanda.

La question qui reste en suspens est de savoir si ces nouvelles unités pharmaceutiques vont s'intéresser aux tradipraticiens rwandais avec leurs champs botaniques qu'ils entretenaient dans le temps dans l'extension universitaire de Butare à Huye dans le sud du pays.

Il importe que les tradipraticiens soient sollicites par ces nouveaux fabricants de medicaments et associés à la recherche pharmaceutique moderne rwandaise et exploiter ainsi leurs connaissances dans les herbes médicinales qui sont à foison dans le pays.

Plan d'implantation de l'usine
Ministre Diane Gashumba au centre droite lors de la ceremonie de la pose de la premiere pierre
Dr Masroor Ehsan, Dirigeant de Apex Biotech Ltd explique la geographie du site pharmaceutique

NDJ

La CIA en passe d'avoir sa première directrice

By Jovin Ndayishimiye

Agée de 61 ans, Mme Haspel est actuellement directrice adjointe de l'agence basée à Langley (Virginie) où elle travaille depuis 33 ans dans les opérations clandestines. Elle deviendrait la première femme à la diriger.

Elle avait pourtant créé la polémique pour avoir dirigé pendant au moins une partie de l'année 2002 une prison secrète de la CIA en Thaïlande, où les détenus suspectés d'appartenir à Al-Qaïda étaient fréquemment torturés. Ils avaient subi des simulacres de noyade ("waterboarding"), une technique illégale selon le code militaire mais qui figurait parmi celles autorisées par le président George W. Bush après les attentats du 11-Septembre. Elles ont été définitivement bannies par son successeur Barack Obama.

L'ensemble du Sénat, où les républicains détiennent une très courte majorité (51 contre 49), doit maintenant se prononcer. Le vote est attendu d'ici la fin du mois.

Mme Haspel peut compter sur les voix de quatre démocrates. Parmi les sénateurs républicains, seuls deux ont exprimé leur opposition : l'indépendant Rand Paul et le très respecté John McCain, héros de la guerre du Vietnam où il avait été torturé en captivité. Mais celui-ci, atteint d'un cancer du cerveau, s'est retiré dans l'Arizona et ne devrait pas participer au vote.

Mme Haspel doit succéder à Mike Pompeo, nommé secrétaire d'Etat. Elle dit connaître l'agence "sur le bout des doigts" après avoir été en poste à l'étranger —Afrique, Europe, Asie— et avoir été directrice adjointe des opérations clandestines mondiales.

- "La plus qualifiée" -

Elle est la personne "la plus qualifiée que le président ait pu choisir pour diriger la CIA et la candidate la mieux préparée de l'histoire de l'agence", a déclaré dans un communiqué le président de la commission sénatoriale du renseignement, le républicain Richard Burr.

Le vice-président démocrate de cette commission, Mark Warner, s'est rallié à la majorité (10 voix pour, 5 contre) en estimant que Mme Haspel pourrait "s'opposer au président si on lui ordonnait de faire quelque chose d'illégal ou d'immoral, comme le retour à la torture".

Gina Haspel avait adressé mardi un courrier à M. Warner dans lequel elle affirmait que les interrogatoires incriminés "n'étaient pas ceux que la CIA aurait dû mener".

"En tant que directrice, je refuserai de mener toute activité contraire à mon sens moral et à mes valeurs éthiques", avait-elle ajouté.

Donald Trump s'est dit favorable à titre personnel à la torture, tout en conditionnant un éventuel changement de la loi à un avis de son ministre de la Défense, Jim Mattis, qui y est opposé.

Gina Haspel avait été auditionnée pendant plusieurs heures la semaine dernière. Dans une atmosphère tendue, elle avait affirmé que la torture ne marchait pas et promis de ne plus y recourir si elle était désignée à la tête de la CIA, même au risque de désobéir au président si celui-ci le lui ordonnait.

Elle a toutefois défendu le programme d'interrogatoire poussé de la CIA, assurant qu'il avait fourni "des informations de valeur" pour empêcher d'autres attentats.

L'un des membres démocrates de la commission, Ron Wyden, a regretté mercredi sa confirmation, affirmant avoir encore "de graves inquiétudes" après le refus de la CIA de rendre publiques des informations confidentielles sur Mme Haspel.

Ce refus "est uniquement motivé par la protection de son image", a estimé le sénateur, un ferme opposant au programme de torture de la CIA.

TV5

Sira Sylla, députée LREM : "Emmanuel Macron veut un vrai partenariat avec le Rwanda et l'Afrique"

By Jovin Ndayishimiye

L'arrivée au pouvoir en France d'Emmanuel Macron participe-t-elle de cette volonté de relancer les relations avec le Rwanda ?

Sira Sylla : Bien entendu, non seulement avec le Rwanda mais avec toute l'Afrique. On a un président qui a changé de discours. Emmanuel Macron a dit qu'il ne voulait pas donner de leçons à l'Afrique. Il veut un vrai partenariat avec l'Afrique (...) Fini la charité. Le président a conscience que l'Afrique est un continent avec de multiples richesses, très stratégique où de nombreux défis contemporains sont à relever (...).

Sur le Rwanda, vos prédécesseurs ont aussi discuté avec les diasporas en France, en Belgique. Selon vous, pourquoi y-a-t-il un déclic en ce moment ?

Sira Sylla : Emmanuel Macron veut parler d'égal à égal. Et ça la diaspora l'a compris. Depuis que je suis élue, j'ai rencontré diverses personnalités de la diaspora. Je pense que ma double culture (française d'origine sénégalaise) joue. Tout comme entretenir ces relations. Je pense que l'ambassadeur (rwandais) a vraiment perçu que mon but était de travailler et d'avancer.

En net recul depuis plusieurs années, comment relancer l'apprentissage de la langue française au Rwanda ?

Sira Sylla aussi chargée d'une mission d'information parlementaire relative à la francophonie : Grace à l'entreprenariat, notamment au Rwanda, qui est un vecteur pour faire avancer la francophonie. Le sentiment que j'ai c'est que les Rwandais veulent vraiment un partenariat avec la France.

Louise Mushikiwabo, ministre des affaires étrangères du Rwanda, est fortement pressentie pour être candidate pour devenir la secrétaire générale de l'OIF au prochain sommet de la francophonie au mois d'octobre. La France est-elle favorable ?

Sira Sylla : Je vous confirme que la France verrait (son arrivée à la tête de l'OIF) d'un bon oeil. C'est stratégique : le président rwandais est à la tête de l'Union africaine. La France veut un partenariat avec l'Afrique et le Rwanda est un pays qui compte en Afrique.

TV5Monde

ONG Edified Génération Rwanda lance un programme d'information de la jeunesse par images

By Jovin Ndayishimiye

Le Projet en question dénommé Together We Can consiste à lancer des messages éducatifs et informatifs par le biais du dessin. Ces messages empruntent les thèmes de l'unité et la réconciliation, lutte contre la drogue, contre le SIDA et la sensibilisation à la bonne sociabilité exempte de tout conflit et autres esprit divisionniste.

C'est ce qu'à indiqué M.Valens Ntirenganya, le DG de cette ONG au cours de la cérémonie de lancement de ce programme.

"L'image parle plus fort que le mot. Une parole lancée est vite oubliée contrairement à l'image", a dit Emmanuel Bayingana, Vice maire affaires sociales de District Kicukiro, dans son mot du jour invitant les jeunes gens à ne pas voir dans le dessin uniquement sa beauté mais aussi le message de paix et d'amour qu'il véhicule.

La cérémonie a été rehaussée de la présence de l'ambassadeur d'Allemagne au Rwanda, Dr Peter Woeste, sponsor du Projet.

"Nous avons l'obligation d'assister la jeunesse pour qu'elle soit davantage créative et fasse preuve d'esprit d'initiative", a indiqué l'ambassadeur.

Edified Generation Rwanda a dit que le projet sera opérationnel au moins dans six groupes scolaires par district administratif du pays. Il est lancé pour le moment dans 5 groupes scolaires de la ville de Kigali.

Charles Komezusenge, Directeur General adjoint de EGR dans son bureau
La feuille de route de EGR

IGIHE

L'inde finance la construction de la route Base-Butaro-Kidaho

By Jovin Ndayishimiye

Cette route reliera les districts Rulindo,Bulera et Musanze. Le Ministre de l'Economie et Finance qui a apposé sa signature pour la partie rwandaise promet à ce tronçon d'améliorer les attractions touristiques de la région et de renforcer les activités commerciales.

"Cette route sera très importante pour cette région sollicitée pour son Centre hospitalier du Cancer et une université de sciences médicales la Global Health Equity University qui va s'y ériger", a-t-il ajouté montrant que cette route rendra aisé une collaboration des hopitaux de Musanze et de Burera, que les touristes pourront facilement accéder aux lacs Buleraa et Ruhondo.

Le délégué de la Banque donatrice indienne Exim Bank, Tarun Sharma, a apprécié le choix de projets prioritaires de développement finançables par le gouvernement rwandais pour lesquelles le gouvernement indien est fier de contribuer.

"Vous avez commencé par le secteur énergie puis l'agricuture, la technologie et maintenant c'est le domaine du transport", a-t-il ainsi apprécié la gradation de ces priorités gouvernementales rwandaises.

"Nous allons reprendre les travaux de construction de ce tronçon avec une entreprise assermentée maintenant que le financement est disponible", a dit le Ministre au Transport, M. Jean de Dieu Uwihanganye, qui promet que les travaux redémarreront avec novembre 2018 surtout que les compensations financières des propriétés paysannes par où sera tracée la chaussées ont été versées en partie aux bénéficiaires.

Les emprunts bancaires indiens au Rwanda commencés 2011 avec 80 millions de dollars pour la construction du barrage hydroélectrique Nyabarongo I qui donne 27 Mw, ont continué en 2013 avec l'octroi de 120.05 millions de dollars pour l'irrigation des terres agricoles dans le district Kirehe (Sud-Est du Rwanda). L'an 2017, l'Inde a accordé un emprunt de 81 millions de dollars pour la construction d'écoles techniques et autres centres d'apprentissage des jeunes pour la créativité et esprit d'initiative.

Les emprunts bancaires indiens accordés au gouvernement rwandais vont courir sur 25 ans avec un taux d'intérêt de 1.5%.

IGIHE

L'astuce magique pour éviter les frottements des cuisses quand il fait chaud

By Jovin Ndayishimiye

Vous avez vu le mercure grimper lentement mais sûrement sur votre thermomètre. Et si vous vous êtes réjouies de pouvoir enfin exhiber vos jolis orteils auxquels vous venez d'offrir une belle pédicure, vous commencez déjà à regretter vos collants.

Le phénomène des cuisses qui frottent
Pourquoi ? A cause du frottement avec un grand F. Lorsque vous avez les jambes nues, et que vous êtes en jupe ou en robe, vos cuisses se touchent et se frottent à chaque pas. A terme, cela peut entraîner une irritation très désagréable, en raison de la transpiration. Certaines femmes ressentent même une sensation de brûlure à la fin de la journée.

Pour lutter contre ce phénomène extrêmement désagréable, il y a plusieurs solutions. Certaines femmes se servent des produits qu'on met habituellement sur les fesses des bébés. Elles s'appliquent ainsi du talc pour absorber la transpiration sur leurs cuisses , ou appliquent des crèmes anti-irritation. D'autres femmes utilisent de l'huile de coco, un produit miracle pour beaucoup.

Enfin certaines n'hésitent pas à s'étaler une fine couche de vaseline à l'intérieur des cuisses.

L'astuce magique contre les frottements
Mais il y a une technique qui fait l'unanimité chez celle et ceux qui l'ont essayée : le déodorant.

Rien de plus simple, il suffit d'utiliser le même déodorant à bille que vous mettez sous les aisselles, et d'en enduire vos cuisses. Si la perspective de vous servir d'un même déodorant pour vos bras et vos jambes vous repousse un peu, vous pouvez investir dans un second déodorant. Attention cependant à bien les étiqueter pour les différencier.

absolu-feminin.cosmopolitan.fr

❌