WebRwanda.com

🔒
❌
There are new available articles, click to refresh the page.
Yesterday — August 20th 2019Front Page

RDB launches 2019 Kwita Izina activity roadmap

By admin

The Chief Tourism Officer Belise Kariza addressing media as other panelists watch during the 15th Kwita Izina activities launch press conference.

Kigali: Rwanda Development Board (RDB) revealed the Kwita Izina activity roadmap for 2019 at a press conference held at the Kigali Convention and Exhibition Village today.  Held under the ‘Conservation is Life’ theme, this year’s naming ceremony will take place in Kinigi at the foothill of Volcanoes National Park, Northern Province on 6th September 2019.

Kwita Izina, a uniquely Rwandan event, was introduced in 2005 with the aim of creating awareness of conservation efforts for the endangered mountain gorillas. 25 infant mountain gorillas will be named this year.

The Chief Tourism Officer Belise Kariza adressing media during the 15th Kwita Izina activities launch press conference.

As part of this year’s Kwita Izina ceremony, Rwanda will host the first ever Business of Conservation Conference (BCC) from 8-9 September. The BCC, organized in partnership with the African Leadership University (ALU), will bring together global conservation leaders, providing a unique platform linking conservation with sustainable tourism by embracing all layers of the value chain. Furthermore, a conservation exhibition focused on conservation trends and practices will take place on 7, September. The exhibition is open to the general public

On 23, August, RDB will donate 729 cows to communities surrounding the Volcanoes National Park in Burera, Nyabihu, Musanze and Rubavu districts as part of the RDB Tourism Revenue Share Programme. This program, initiated in 2005 by the Government of Rwanda, aims to guide investment in the areas surrounding the various national parks in Rwanda by ensuring that 10 per cent of all park revenues is given back to the communities.

Over Rwf 5.2 billion has been distributed by RDB to 647 community-based projects since 2005. These projects have availed clean drinking water, milk, health centers, classrooms and housing to members of the communities living around the three national parks; Akagera National Park, Nyungwe National Park and Volcanoes National Park.

Speaking to the gathered media, the RDB Chief Tourism Officer, Belise Kariza, said;

The increasing number of mountain gorillas in the Volcanoes National Park is proof of the strides that we have made in gorilla conservation. This could have not happened without the support and collaboration of our conservation partners as well as the cooperation of the members of the community surrounding the park.

 Initiatives such as the Kwita Izina gorilla naming ceremony play a major role in conserving gorillas. Thanks to the conservation efforts, we have been able to improve the gorilla trekking experience for our visitors and also increase the amount of support we have given to the local communities through the revenue sharing program.

 Rwanda’s tourism strategy has always focused on two important areas, sustainability through responsible tourism and conservation and community involvement. It has always been about protecting our natural heritage, providing world class experiences that highlight the diverse natural beauty of Rwanda while ensuring that Rwandans benefit from this tourism and conservation. No one has been left behind.”

Speaking on this year’s Business of Conservation Conference, Fred Swaniker, the Founder and Chief Executive Officer of ALU said:

I am excited about promoting Rwanda as a destination for events, conferences, and meetings. Kwita Izina is the perfect platform for the Business of Conservation Conference. Our goal is to use this forum to promote economic development by bringing together influential leaders in sessions that foster collaboration and deal making. This year we are asking, “What does it take to make conservation a ‘growth industry in Africa?” We know part of the answer is leadership. That is why Rwanda is a perfect partner for BCC.”

As a result of conservation efforts such as Kwita Izina, the population of the endangered mountain gorilla increased to 604 in 2016 in the Virunga Massif compared to 480 in 2010. The Virunga Massif is comprised of Mikeno Sector of Virunga National Park in the Democratic Republic of Congo, Volcanoes National Park in Rwanda and Mgahinga Gorilla National Park in Uganda. Mountain gorilla numbers in the entire region had fallen as low as 242 in 1981.

This year, using the park revenues in 2018, RDB distributed Rwf1.4 billion in total to the revenue share program. This was up from Rwf 741 million in 2017.

In 2018, Rwanda hosted 1.711 million visitors. Visitor arrivals increased by 8% compared to 2017.

Akagera NP, was the most visited park with 51, 724 visits in 2018, an increase of 17% since 2017. Nyungwe received 15, 665 visitors in 2018, up 9%.  Overall park revenues reached over $ 21,153,292 in 2018

In 2018, RDB sold 15,132 gorilla permits worth US$ 19.2 million, a 25% increase compared to 2017. In 2016, before the increase in the permit price, RDB sold 22,219 permits worth US$ 15 million.

High-end US tourist visits to Rwanda have grown by 114% according to Virtuoso. The luxury agency network, Virtuoso in their latest data release noted that Rwanda was among the top 10 countries that have experienced significant increases by percentage in year-over-year bookings among American travelers.

US visitors spend an average of $12,000, making them the most lucrative source market. Chinese nationals spend an average of $1,084, ranking 10th.  Nigerians are the top African spenders, spending an average of $1,498 per stay, ranking higher than Australians and only slightly below the French.

In terms of accommodation, Rwanda now has up to over 14,000 hotels rooms, up from only 4,000 in 2009.

Since 2010, RDB saw a jump of over 200% in the number of Rwandans visiting Akagera, Nyungwe and Volcanoes National Parks. Just in one year, from 2017 to 2018, RDB saw an 21.5 % increase.

Through the Tembera u’Rwanda local campaign, RDB has given over 400 young Rwandans the once-in-a-lifetime opportunity to trek the endangered mountain gorilla for free.

Before the signing of the partnership between Arsenal and RDB last year, 71% Arsenal fans globally did not think of Rwanda as a tourist destination. At the end of the first year of the partnership, half of Arsenal fans would consider Rwanda as a destination to visit. In terms of overall value, the partnership so far, in year one, is worth £ 36 million (over Frw 36 billion). This number is based off of TV viewership and social media. These statistics were compiled by Nielsen, Blinkfire Analytics and research agency Hall and Partners. (End)

 

 

The Zimbabwe Staff College Students on study tour in Rwanda

By admin

Kigali: A delegation of 28 senior military officers from the Zimbabwe Staff College has started a one-week study tour in Rwanda, from 19 to 29 August 2019.

According to the Head of Delegation of the Zimbabwe Staff College Colonel Teddy Ndlovu and the Chief Instructor of Joint Command and Staff Course, the purpose of the visit is to give an opportunity to future leaders/Officers to learn from the special history of Rwanda to prevent the recurrence of the carnage.

“Rwanda has got a special history that we need to tap in and learn from in the future. It has seen genocide, went through it and managed to recover. In terms of satisfying the geopolitical studies of the College, it is very important that these officers understand the importance of security, learn lessons from failures of some international organisations during the Genocide”, Col Ndlovu said before adding “Our Student-officers will use that knowledge, use the experiences to stop and prevent such occurrences”.

The Zimbabwe Staff College delegation, composed of Students and Directing Staff from Botswana, China, Mozambique, South Africa, Tanzania and Zimbabwe this morning visited Kigali Genocide Memorial and paid respect to the Victims of the 1994 Genocide against the Tutsi before heading to Rwanda Defence Force Headquarters.

At the RDF Headquarters, the delegation was received by the RDF Army Chief of Staff, Lt Gen Jean Jacques Mupenzi and briefed later on RDF roles and organisation.

During their study tour in Rwanda, the Zimbabwe Staff College delegation will visit also some RDF institutions in and out of Kigali.(End)

 

Reprise normale de trafic à la frontière entre le Rwanda et la RDC au Sud-Kivu

By admin

Kigali: Congolais et Rwandais traversent de nouveau facilement la frontière Ruzizi 1er qui sépare les deux pays dans la province du Sud-Kivu depuis ce mardi 20 août.

D’après la Radio Okapi parrainée par l’ONU, cette reprise intervient deux jours après que le Rwanda a procédé au refoulement au niveau de la frontière des Congolais supposés originaires du territoire de Mwenga, où deux cas de maladie à virus Ebola ont été détectés.

Selon le media onusien qui livre cette information, plusieurs milliers des citoyens congolais et rwandais ont eu de la peine lundi à traverser la frontière Ruzizi 1er.

Le Rwanda arguait que les détenteurs des cartes portant la mention territoire de Mwenga étaient susceptibles de propager la maladie à virus Ebola. Réagissant à cette mesure unilatérale de son voisin, la RDC a elle aussi interdit aux Rwandais de traverser la frontière jusqu’à Bukavu.

La partie rwandaise n’a pas tardé à réagir. Lundi, une délégation venue de Kigali a rencontré les autorités de la province du Sud-Kivu à Bukavu. Les deux parties ont alors convenu de laisser le libre passage aux personnes qui ne présentent pas des signes de maladie à virus Ebola, quelle que soit leur lieu de provenance. (Fin)

 

Brazzaville accueille une réunion ministérielle pour définir le programme de santé de l’Afrique

By admin

Kigali: La 69ème session du Comité régional de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour l’Afrique s’est ouverte hier à Brazzaville avec le Président Denis Sassou-Nguesso faisant appel au renforcement des systèmes de santé, à une action concrète contre la contrefaçon de médicaments et à l’accès universel aux soins de santé.

Le dirigeant congolais a attiré l’attention sur les initiatives de développement sanitaire en cours dans son pays.

« Chaque rencontre du Comité régional de l’OMS pour l’Afrique doit mieux éclairer les décisions et faciliter la prise en compte des questions sanitaires africaines, par les instances comme le Conseil exécutif et l’Assemblée mondiale de la Santé, » a déclaré le Président Denis Sassou-Nguesso. « Les démarches des Etats africains devraient se compléter de l’élan mondial en faveur de la santé pour tous. C’est l’un des meilleurs paris pour l’humanité. »

Dans ses propos préliminaires, le Directeur général de l’OMS, le Dr TedrosGhebreyesus, a souligné que de nombreux pays avaient fait des progrès impressionnants dans la prestation des services de santé essentiels au niveau des districts, mais qu’il restait encore de grandes lacunes. Dans les 47 États membres de l’OMS, seulement un tiers de la population a accès aux services de santé essentiels et un tiers seulement peut le faire sans crainte de difficultés financières.

« Le renforcement des soins de santé primaires doit donc être la priorité numéro un pour chaque pays » a-t-ildit. « Le meilleur investissement dans les soins de santé primaires est le capital humain.Les infirmières, les sages-femmes et les agents de santé communautaires sont particulièrement importants pour la prestation des services qui peuvent promouvoir la santé et empêcher les gens d’avoir besoin d’un hôpital.»

En souhaitant la bienvenue aux participants, la Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, le Dr Matshidiso Moeti, a souligné les progrès réalisés par les pays : L’accès aux services liés au VIH s’est considérablement élargi, le nombre de personnes sous traitement antirétroviral ayant plus que doublé au cours des six dernières années. La région enregistre l’une des baisses les plus rapides au monde pour les nouveaux cas de tuberculose et est sur le point d’éradiquer la polio. La Directrice régionale a noté qu’une volonté politique était nécessaire pour s’attaquer au fardeau émergent des maladies non transmissibles, qui devraient faire 28 millions de morts supplémentaires en Afrique au cours de la prochaine décennie.

«Toutes les priorités et tous les défis en matière de santé que j’ai mentionnés coïncident avec une opportunité – que le jour de la couverture sanitaire universelle est enfin arrivé. Si les gouvernements, les partenaires, l’OMS et d’autres agences des Nations Unies unissent leurs forces en faveur du CSU, nous pourrons faire de la santé pour tous une réalité pour les habitants de notre région,» a dit le Dr Moeti.

Elle a demandé une minute de silence en l’honneur des agents de santé qui ont perdu la vie pendantl’exercice de leurs fonctions. Elle a remarqué que face à des défis complexes, les États membres sont mieux préparés à répondre aux situations d’urgence, mais qu’ils doivent surmonter d’énormes déficits de financement dans la mise en œuvre des plans d’action nationaux pour la sécurité sanitaire. Elle a félicité le Gouvernement de la République démocratique du Congo d’avoir fait preuve d’un leadership et d’une appropriation solide de la riposte à l’épidémie d’Ebola, en coordination avec les partenaires.

Parmi les questions inscrites à l’ordre du jour de la réunion de cinq jours figure la stratégie régionale de surveillance intégrée de la maladie et la riposte qui, si elle est mise en œuvre, permettra d’améliorer la préparation et la riposte aux poussées épidémiques. Les délégués discuteront également du plan stratégique visant à réduire le double fardeau de la malnutrition dans la région africaine de l’OMS. La stratégie fournit des orientations aux pays pour mettre fin à la croissance de la malnutrition, de l’obésité et des maladies non transmissibles liées à l’alimentation d’ici 2025. Les ministres de la Santé discuteront également des moyens de maîtriser les maladies à transmission vectorielle et de renforcer les systèmes de santé des districts afin de parvenir à une couverture sanitaire universelle. Ils nommeront également le prochain directeur régional, dont le mandat sera de cinq ans.

Le Comité régional est l’organe décisionnel suprême en matière de santé dans la région, auquel participent les ministres de la Santé des États membres de la Région africaine de l’OMS. Il se réunit une fois par an pour examiner les problèmes de santé critiques qui affectent le continent et pour donner des conseils sur les stratégies appropriées pour améliorer les résultats en matière de santé. (Fin)

La Journée Internationale Humanitaire s’est focalisée sur l’Héroïsme de la femme engagée dans la mission humanitaire

By admin

La déléguée du PAM, Mme Vera Lugutuah Kwara.

By André Gakwaya;

Camp Gihembe, Gicumbi: La Journée Internationale Humanitaire (JIH/WHD) a été célébrée dans le camp des réfugiés de Gihembe sous le signe de la lutte contre la malnutrition et l’aménagement des jardins potagers pour les 12500 réfugiés qui vivent sur ce site, mais le thème du jour s’est focalisé sur «l’Héroïsme de la femme engagée dans la mission humanitaire de protection de civils dans les conflits».

Les agences onusiennes PAM, HCR, UNICEF et ONG internationales ADRA, ARC, Plan International et autres acteurs œuvrant dans ce camp se sont mobilisés pour célébrer la mémoire des agents humanitaires qui ont perdu leurs vies dans ces missions humanitaires en Irak, RDC, au Rwanda, en RCA, Ethiopie, Somalie, et ailleurs.

«Les femmes représentent 40 % des agents humanitaire déployés dans 115 pays à travers le monde. Elles sont en première ligne dans les pays en conflit pour apporter une assistance d’urgence à des nécessiteux, affrontant sans cesse le danger. Elles font preuve d’héroïsme et certaines y perdent leurs vies. Elles font face à la violence et au peu de respect dans les pays où elles travaillent. Elles ont laissé leurs enfants et leurs familles pour venir aider. Elles vivent seules parfois. Il importe de rappeler au monde de faire preuve de respect des droits de la femme et de dignité envers cette catégorie», a indiqué la déléguée du PAM dans la cérémonie, Mme Vera Lugutuah Kwara, originaire du Ghana.

Le délégué du HCR qui vit dans ce camp, Edem Akpakli.

Pour le délégué du HCR qui vit dans ce camp, Edem Akpakli, en Irak en 2003, 22 agents onusiens ont été tués, mais leurs collègues ont repris du courage et ont continué leur travail humanitaire. De même en Ethiopie en mars dernier, le HCR a perdu trois agents dans un accident d’avion qui a tué de nombreux agents humanitaires qui tous aillaient aider des réfugiés. En Somalie, des attaques ont aussi visé des agents humanitaires de l’ONU. Mais le travail d’assistance ne s’est pas arrêté grâce à l’engagement et à la détermination des hommes et des femmes intervenant partout pour des missions d’urgence », a-t-il indiqué.

Groupe photo du personnel du PAM

Il a interrompu son message pour interpeller le public à garder une minute de silence en mémoire de ces héros qui tombent en sauvant des humains.

La déléguée du Plan international s’est focalisée sur le niveau de malnutrition qui est passé de 14 % à 17 % dans le camp. Elle a exhorté les réfugiés à lutter contre ce danger, en entretenant des jardins de cuisine et en préparant mieux les repas.

«Nous devons maintenir des activités qui réduisent la malnutrition aiguë. Nous devons, hommes et femmes, travailler solidairement dans cette action. Nous renforcerons les capacités de la femme allaitante. Les légumes qui nous sommes entrain de planter ont du fer et devront s’étendre dans le camp. Nul besoin de les acheter plus tard au marché», a-t-elle dit.

Vue du public durant la cérémonie.

Céline Babanamahoro de l’Egalité du Genre a soutenu la culture d’allaiter l’enfant à la naissance et les soins à accorder à l’enfant pendant les mille premiers jours de la vie, depuis la conception.

Elle a rappelé la nécessité d’éduquer la jeune fille qui est la future maman à s’approprier cette culture. Tout en sachant que l’homme se sentira pleinement responsable de cette nécessité de maintenir toute la famille en bonne santé. Ainsi, comme l’a repris Gustave de ARC, une bonne culture d’allaiter correctement l’enfant et le bon entretien des jardins de cuisine renforceront la nutrition et la bonne santé dans le camp. Le vaccin pour éviter le cancer du col de l’utérus reste disponible dans le camp. Il importe que les jeunes filles viennent en bénéficier pour leur bon avenir. Des tests d’hypertensions sont aussi des services à la portée des réfugiés. Mais surtout les réfugiés sont exhorté à éviter évidement l’Ebola, à donner des informations sur des cas de visites en provenance de la RDC.

«L’essentiel est de toujours éviter des voies non autorisées lors du passage de la frontière entre les deux pays. De même les parents devront venir faire enregistrer les naissances et obtenir l’acte de naissance de leur enfant pour le mois qui reste. Après quoi, un tel service demandé avec retard sera taxé d’une amende de dix mille Frw», a insisté la responsable du camp issue du Ministère qui a les réfugiés dans ses attributions.

Notons que le Rwanda abrite plus de 140 mille réfugiés, surtout Burundais et Congolais, qui bénéficient de $US 1,6 million par mois pour leur d’aide d’urgence. (Fin)

 

Le Président Kagame entame une visite de deux jours en Namibie

By admin

Kigali: Le Président rwandais, Paul Kagame, est arrivé ce lundi 19 août à Windhoek, la capitale de la Namibie, pour une visite d’Etat de deux jours.

Durant son séjour, le Chef de l’Etat rwandais va avoir des entretiens avec son homologue namibien Hage Gottfried Geingob sur les relations bilatérales et régionales.

Cette visite fait suite à de nombreuses autres qu’il a effectuées dans les pays d’Afrique australe depuis l’année dernière (Zambie, Mozambique, Afrique du Sud, Botswana, Angola, Madagascar, Zimbabwe).

«Cela montre à quel point les relations avec la région sont fortes», selon Olivier Nduhungirehe, secrétaire d’Etat au Ministère des Affaires Etrangères. (Fin)

 

 

Arsenal Football Club in Rwanda for U17s Coaching Clinic

By admin

Kigali: As part of the Visit Rwanda and Arsenal Football Club partnership, the Rwanda Football Federation (FERWAFA), alongside the Ministry of Sports and Culture and Visit Rwanda, is hosting Simon McManus, Arsenal’s Football Development Lead Coach, for a five-day coaching clinic. McManus will lead the coaching clinic for the Rwanda National Academy’s U17s players at Amahoro Stadium in Kigali from 19-23 August 2019.

The U17s are in the final stages of their two-year intensive training programme and this clinic will help prepare them for their exit route from the academy, which could involve a professional football career. The clinic will see 25 players and five coaches from the academy take part in practical sessions over the course of the five days.

In line with previous Arsenal coaching clinics held in Rwanda in October 2018 and February 2019, this clinic will deepen the knowledge and understanding of the Arsenal coaching philosophy and support the development of football in Rwanda.

The Visit Rwanda and Arsenal Football Club partnership is not only helping tourists and investors discover the uniqueness of Rwanda as a travel and business destination, it is also providing Rwandan young footballers with the opportunity to train with and learn from the world’s best.

Arsenal Football Club is renowned for its youth coaching programme and the national academy’s U17s will benefit from Arsenal’s experience producing world class talent.

The Ministry of Sports and Culture aims to establish a player and coach development pathway which allows and encourages athletes and coaches to gain experience, thereby allowing for continuous growth of technical expertise in coaching, refereeing and player development. This latest clinic with Arsenal will help Rwanda to achieve its football legacy goals. (End)

 

Centrale hydroélectrique RUZIZI 3: le DG de l’EGL explique le montage et le bien-fondé de ce projet régional

By admin

Kigali: C’est en sa qualité de Directeur général de l’EGL, l’instrument de la CEPGL pour l’Energie des Pays des Grands Lacs, que Charles Vumbi Mbenga a salué la signature des accords, le 29 juillet 2019 à Kinshasa, entre les différentes parties prenantes au projet de construction de la centrale hydroélectrique Ruzizi 3.

Parlant de l’institution elle-même, Charles Vumbi Mbenga a rappelé que l’EGL est la plus ancienne organisation de coopération régionale, créée le 20 août 1974, comme une ASBL, par les ambassadeurs du Zaïre, du Rwanda et du Burundi alors en poste en Belgique. Il a signalé que c’est en date du 15 janvier 1976 que l’EGL débuta ses activités, avec comme mission principale la planification des projets régionaux de génération et de transport de l’électricité au profit de trois pays membres.

C’est en 1979, a-t-il indiqué, qu’elle fut alors intégrée au sein de la Communauté Economique des Pays des Grands Lacs (CEPGL), devenant l’instrument de la CEPGL pour l’énergie des pays des Grands Lacs.

Pour ce qui est de sa mission première, le Directeur Général Charles Vumbi Mbenga et le Directeur Administratif et Financier Jonas Hakizimana ont relevé que l’EGL explore trois axes stratégiques afin de mieux remplir la mission lui confiée, à savoir :

.La planification régionale du secteur de l’énergie et l’analyse des politiques énergétiques de chaque pays en vue de l’élaboration des politiques communes en matière d’exploitation des ressources énergétiques disponibles;

.La réalisation de projets énergétiques communautaires en tenant compte des impacts environnementaux. Il s’agit entre autres de la phase conséquente de la planification énergétique qui concerne l’identification, la conception, l’évaluation et l’exécution des projets énergétiques;

.La formation, l’information et la vulgarisation en vue du renforcement des capacités nationales au niveau de la gestion, la planification et la gestion des projets énergétiques, y compris la définition de la politique énergétique.

Abordant le volet des réalisations de l’EGL, le Directeur général a en premier lieu évoqué la Centrale hydroélectrique Ruzizi 2, mise en service en 1989, et pour laquelle l’EGL avait mené des études de faisabilité, jusqu’à sa construction, laquelle s’était étalée sur cinq ans, de 1984 à 1989. Cette centrale est maintenant exploitée par la Société Internationale d’Electricité des Pays de Grands Lacs.

Parlant des projets en cours d’exécution, il a cité entre autres Ruzizi 3 et Ruzizi 4. S’agissant précisément de la centrale hydroélectrique Ruzizi 3, elle sera construite sur les cascades de la rivière Ruzizi, comme ce fut le cas pour la centrale Ruzizi 2, et comme ce sera également pour le cas pour Ruzizi 4.

Il a fait savoir que Ruzizi 3 constitue pour l’instant le projet-phare sur lequel se focalise l’EGL et qui aura un impact direct sur l’amélioration de la situation socio-économique des populations de la région des Grands Lacs, grâce au développement de l’industrie minière ainsi que celles de transformation des produits agricoles et d’élevage, la création d’emplois, l’augmentation de la capacité d’exportation intra-africaine et à travers le monde, etc.

Parlant du projet de construction de Ruzizi 4, Charles Vumbi a déclaré qu’EGL est dans les négociations pour mobiliser les fonds nécessaires au lancement des études de faisabilité. A titre indicatif, la centrale aura une capacité installée de 280 MW (mégawatts).

Pour le projet Ruzizi 3, il a particulièrement insisté sur son caractère régional en mode PPP (partenariat-public-privé), avec en première option une capacité installée de 147 MW (mégawatts) et en deuxième option une capacité installée de 230 MW (mégawatts).

En ce qui concerne l’exécution de ce projet, les trois Etats partenaires et un consortium privé, constitué de IPS du Kenya et SN POWER de Norvège) ont créé une société mixte dénommée «Ruzizi 3 Energy Limited».

Celle-ci est appelée à parachever les études de faisabilité, à faire construire la centrale hydro-électrique, à exploiter ladite centrale et à vendre l’énergie électrique aux sociétés nationales de 3 pays de la CEPGL, notamment la SNEL pour la RDC, la REGIDESO pour le Burundi et EUCL pour le Rwanda. Ruzizi3 Energy Limited aura la pleine responsabilité de gérer les financements du projet, de procéder à la construction de la centrale et de vendre l’énergie électrique qui sera produite par cette centrale pendant une période de concession de 25 ans.

De son côté, l’EGL, dans le cadre dudit projet, joue le rôle de mandataire des Etats, dont la mission est de suivre l’ensemble du processus du projet, de la signature des accords en passant par la mobilisation des financements, la construction, l’exploitation de la centrale jusqu’à la vente de l’énergie électrique aux trois sociétés précitées pendant la période de concession.

Pour ce qui est du chronogramme indicatif de ce projet, il faut noter qu’après la signature des accords qui a eu lieu le 29 juillet 2019, une période de 24 mois est prévue pour finaliser les études complémentaires géotechniques et géologiques, ainsi que pour mobiliser des financements requis pour le projet, soit d’août 2019 à août 2021. Après cette période de 24 mois, suivra la construction proprement dite de la centrale dans une période de 48 à 56 mois, soit de septembre 2021 à septembre 2025, c’est-à-dire au plus tard février 2026.

Concomitamment aux travaux de construction de la centrale, il est prévu l’aménagement des ouvrages connexes, destinés au transport de l’énergie électrique à produire par cette centrale. A titre indicatif, Il s’agit de la construction du dispatching régional de Kamanyola en

RDC, de la ligne Ruzizi 3- Kamanyola de 220 KV par la Société de Projet (SP) de Ruzizi 3, de la ligne Kamanyola-Buhandanda (70 Km), par la RDC, de la ligne Kamanyola-Kibuye/Rwanda (88 Km) par le Rwanda, et enfin, de la ligne Kamanyola-Bujumbura/Burundi (105 Km), par le Burundi.

Par ailleurs, signalons que parmi les principaux bailleurs de fonds que compte le projet Ruzizi 3, il y a la Banque Africaine de Développement, la Banque Européenne d’Investissement, la Banque mondiale, la Banque Allemande de Développement (KfW), l’Agence Française de Développement et l’Union Européenne.

A l’issue de cet entretien, le DG de l’EGL, Charles Vumbi Mbenga a saisi l’occasion, au nom du comité de gestion, pour remercier les trois Chefs d’Etats, à savoir Félix Antoine Tshisekedi de la RDC, Pierre Nkurunziza du Burundi et Paul Kagame du Rwanda, ainsi que leurs Gouvernements respectifs, pour leur implication totale en vue de la matérialisation de ce grand projet. Il a enfin assuré que lui-même et son équipe ont pris toutes les dispositions utiles pour conduire ce projet jusqu’à son terme. (Fin)

Rubingisa Pudence est le nouveau Maire de  Kigali

By admin

Kigali: Le Conseil de la ville de Kigali a élu ce samedi 17 août Rubingisa Pudence nouveau Maire, en remplacement de Marie-Chantal Rwakazina nommée récemment Ambassadrice du Rwanda en Suisse.

Rubingisa Pudence a été élu  par 71 voix contre 22 attribuées à sa concurrente Madame Rutera Rose. Dr. Nsabimana Ernest a été élu vice-maire en charge de l’urbanisation et infrastructure. Umutoni Gatsinzi Nadine est vice-maire en charge des affaires socio-économiques.

La maire sortante Marie-Chantal Rwakazina a félicité la nouvelle équipe qui vient d’être élue pour un mandat de cinq. «Félicitations à la nouvelle équipe élue à la tête de la ville de Kigali. Le conseil et les membres du comité exécutif vont sans aucun doute conduire le développement de la ville à une vitesse supérieure », a-t-elle dit dans un post

Le Maire est élu parmi les membres du conseil municipal. RUBINGISA Pudence est devenu membre du Conseil après son élection pour représenter le district de Gasabo.

L’article 160 de la loi électorale stipule que le collège électoral du Comité Exécutif de la ville de Kigali comprend des membres du Conseil de la ville de Kigali, les membres du Conseil des districts qui composent la ville de Kigali, et les membres du Bureau de tous les secteurs de la ville. (Fin)

 

Déplacés en RDC: les témoignages des survivants soulignent la brutalité des milices

By admin

Kigali: Deux mois après que des centaines de milliers de personnes ont fui la violence dans le nord-est de la République démocratique du Congo (RDC), les humanitaires de l’ONU ont averti vendredi que les milices armées continuent de rendre leur retour impossible.

Lors d’une conférence de presse à Genève, le porte-parole du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), Babar Baloch, a déclaré que le personnel de l’agence avait entendu de nombreux témoignages de personnes dont des membres de la famille avaient été tués dans la province de l’Ituri.

Le grave sous-financement de l’aide humanitaire et l’insécurité causée par les groupes Hema et Lendu ont rendu un nombre croissant de personnes vulnérables et incapables même de rentrer chez elles pour aller chercher les produits de première nécessité, a-t-il déclaré.

«Ces gens ne peuvent même pas revenir», a dit M. Baloch. « Beaucoup d’entre eux ont signalé que des personnes qui ont essayé – ou des membres de leur famille qui ont essayé – de retourner dans leurs villages et dans leurs maisons auraient été attaquées et tuées », a-t-il ajouté.

Des preuves de décapitations, plusieurs massacres

Les communautés Hema et Lendu ont un passé de violence extrême en Ituri. Fin juin, le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH) a fait état d’attaques contre « plusieurs villages » dans les territoires de Djugu et Mahagi, où les enquêteurs ont trouvé des preuves de plusieurs massacres où certaines victimes avaient été décapitées.

Les informations recueillies par l’ONU « semblent indiquer que malgré le fait que les agresseurs appartiendraient à une communauté et les victimes à d’autres, il semble y avoir d’autres motifs politiques et économiques sous-jacents aux agressions », avait alors déclaré le HCDH dans une déclaration.

Lors des dernières violences, les attaques et contre-attaques ont forcé les personnes à fuir le territoire de Djugu, a indiqué le HCR, ajoutant que les deux communautés auraient formé des groupes d’autodéfense et commis des meurtres pour se venger.

«Rien qu’au cours des trois dernières semaines de juin, plus de 145.000 personnes nouvellement déplacées ont cherché refuge et assistance dans les sites de déplacement à travers l’Ituri, tandis que 215.000 auraient fui vers les zones voisines », a indiqué M. Baloch. « Les difficultés d’accès dans certains endroits et l’étendue de la zone que les gens ont fuie font que le chiffre réel est difficile à vérifier».

«Depuis, des milliers de personnes ont continué à fuir, bien qu’à un rythme moindre », a-t-il ajouté.

Alors que la plupart des déplacés ont trouvé refuge dans des communautés d’accueil, des dizaines de milliers d’entre eux ont été contraints de trouver refuge là où ils le pouvaient.

«La peur et la misère » prévalent dans les camps de déplacés, a insisté M. Baloch, ajoutant que beaucoup «sont obligés de dormir à la belle étoile».

A Drodro, une ville relativement petite qui a vu sa population tripler en quelques semaines seulement, « les écoles et les églises locales se sont transformées en grands dortoirs sordides », a-t-il dit, notant que le HCR a construit des hangars d’urgence pour ceux qui dorment à découvert et des abris individuels pour les plus vulnérables.

Le financement de cette crise humanitaire reste toutefois très faible et le HCR lance un appel à la communauté internationale pour qu’elle propose d’autres financements et permette aux organisations humanitaires de fournir une assistance de base qui sauve des vies.

Depuis le début de l’année, le HCR n’a reçu que 32% des 150 millions de dollars nécessaires à ses opérations.

Les efforts contre Ebola entravés par les déplacements massifs

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), les déplacements massifs de personnes « en fuite » ont également entravé les efforts de lutte contre l’épidémie du virus Ebola qui sévit depuis un an.

Les dernières données de l’agence des Nations Unies pour la santé publiées jeudi indiquent un total de 2.842 infections à Ebola et 1.905 décès dans les provinces de l’Ituri et du Nord-Kivu en RDC, avec un taux global de décès de 67%.

«Les centres de traitement (Ebola) sont opérationnels et le scénario des personnes – une population très mobile en fuite – est sous-jacent à cette réponse depuis le début, c’est pourquoi il est si difficile d’y mettre fin», a déclaré Christian Lindmeier, porte-parole de l’OMS. (Fin)

Before yesterdayFront Page

Déplacés en RDC: les témoignages des survivants soulignent la brutalité des milices

By admin

Kigali: Deux mois après que des centaines de milliers de personnes ont fui la violence dans le nord-est de la République démocratique du Congo (RDC), les humanitaires de l’ONU ont averti vendredi que les milices armées continuent de rendre leur retour impossible.

Lors d’une conférence de presse à Genève, le porte-parole du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), Babar Baloch, a déclaré que le personnel de l’agence avait entendu de nombreux témoignages de personnes dont des membres de la famille avaient été tués dans la province de l’Ituri.

Le grave sous-financement de l’aide humanitaire et l’insécurité causée par les groupes Hema et Lendu ont rendu un nombre croissant de personnes vulnérables et incapables même de rentrer chez elles pour aller chercher les produits de première nécessité, a-t-il déclaré.

«Ces gens ne peuvent même pas revenir», a dit M. Baloch. « Beaucoup d’entre eux ont signalé que des personnes qui ont essayé – ou des membres de leur famille qui ont essayé – de retourner dans leurs villages et dans leurs maisons auraient été attaquées et tuées », a-t-il ajouté.

Des preuves de décapitations, plusieurs massacres

Les communautés Hema et Lendu ont un passé de violence extrême en Ituri. Fin juin, le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH) a fait état d’attaques contre « plusieurs villages » dans les territoires de Djugu et Mahagi, où les enquêteurs ont trouvé des preuves de plusieurs massacres où certaines victimes avaient été décapitées.

Les informations recueillies par l’ONU « semblent indiquer que malgré le fait que les agresseurs appartiendraient à une communauté et les victimes à d’autres, il semble y avoir d’autres motifs politiques et économiques sous-jacents aux agressions », avait alors déclaré le HCDH dans une déclaration.

Lors des dernières violences, les attaques et contre-attaques ont forcé les personnes à fuir le territoire de Djugu, a indiqué le HCR, ajoutant que les deux communautés auraient formé des groupes d’autodéfense et commis des meurtres pour se venger.

«Rien qu’au cours des trois dernières semaines de juin, plus de 145.000 personnes nouvellement déplacées ont cherché refuge et assistance dans les sites de déplacement à travers l’Ituri, tandis que 215.000 auraient fui vers les zones voisines », a indiqué M. Baloch. « Les difficultés d’accès dans certains endroits et l’étendue de la zone que les gens ont fuie font que le chiffre réel est difficile à vérifier».

«Depuis, des milliers de personnes ont continué à fuir, bien qu’à un rythme moindre », a-t-il ajouté.

Alors que la plupart des déplacés ont trouvé refuge dans des communautés d’accueil, des dizaines de milliers d’entre eux ont été contraints de trouver refuge là où ils le pouvaient.

«La peur et la misère » prévalent dans les camps de déplacés, a insisté M. Baloch, ajoutant que beaucoup «sont obligés de dormir à la belle étoile».

A Drodro, une ville relativement petite qui a vu sa population tripler en quelques semaines seulement, « les écoles et les églises locales se sont transformées en grands dortoirs sordides », a-t-il dit, notant que le HCR a construit des hangars d’urgence pour ceux qui dorment à découvert et des abris individuels pour les plus vulnérables.

Le financement de cette crise humanitaire reste toutefois très faible et le HCR lance un appel à la communauté internationale pour qu’elle propose d’autres financements et permette aux organisations humanitaires de fournir une assistance de base qui sauve des vies.

Depuis le début de l’année, le HCR n’a reçu que 32% des 150 millions de dollars nécessaires à ses opérations.

Les efforts contre Ebola entravés par les déplacements massifs

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), les déplacements massifs de personnes « en fuite » ont également entravé les efforts de lutte contre l’épidémie du virus Ebola qui sévit depuis un an.

Les dernières données de l’agence des Nations Unies pour la santé publiées jeudi indiquent un total de 2.842 infections à Ebola et 1.905 décès dans les provinces de l’Ituri et du Nord-Kivu en RDC, avec un taux global de décès de 67%.

«Les centres de traitement (Ebola) sont opérationnels et le scénario des personnes – une population très mobile en fuite – est sous-jacent à cette réponse depuis le début, c’est pourquoi il est si difficile d’y mettre fin», a déclaré Christian Lindmeier, porte-parole de l’OMS. (Fin)

Rubingisa Pudence est le nouveau Maire de  Kigali

By admin

Kigali: Le Conseil de la ville de Kigali a élu ce samedi 17 août Rubingisa Pudence nouveau Maire, en remplacement de Marie-Chantal Rwakazina nommée récemment Ambassadrice du Rwanda en Suisse.

Rubingisa Pudence a été élu  par 71 voix contre 22 attribuées à sa concurrente Madame Rutera Rose. Dr. Nsabimana Ernest a été élu vice-maire en charge de l’urbanisation et infrastructure. Umutoni Gatsinzi Nadine est vice-maire en charge des affaires socio-économiques.

La maire sortante Marie-Chantal Rwakazina a félicité la nouvelle équipe qui vient d’être élue pour un mandat de cinq. «Félicitations à la nouvelle équipe élue à la tête de la ville de Kigali. Le conseil et les membres du comité exécutif vont sans aucun doute conduire le développement de la ville à une vitesse supérieure », a-t-elle dit dans un post

Le Maire est élu parmi les membres du conseil municipal. RUBINGISA Pudence est devenu membre du Conseil après son élection pour représenter le district de Gasabo.

L’article 160 de la loi électorale stipule que le collège électoral du Comité Exécutif de la ville de Kigali comprend des membres du Conseil de la ville de Kigali, les membres du Conseil des districts qui composent la ville de Kigali, et les membres du Bureau de tous les secteurs de la ville. (Fin)

 

Luanda va accueillir une nouvelle quadripartite Angola-RDC-Rwanda-Ouganda

By admin

Kigali: Les Présidents angolais João Lourenço, congolais Félix Tshisekedi, rwandais Paul Kagame et ougandais Yoweri Museveni se réuniront mercredi prochain lors d’une deuxième quadripartite prévue à Luanda, la capitale angolaise.

Les quatre Chefs d’Etat assisteront à la signature des instruments qui consacrent l’accord conclu entre l’Ouganda et le Rwanda, deux pays voisins longtemps alliés et que plusieurs différends opposent désormais. Les accords ont été conclus après des contacts établis par l’Angola assisté par la RDC, selon une note du bureau civil du président de la République angolaise.

Cette réunion fait suite au sommet quadripartite du 12 juillet dernier à Luanda qui avait chargé l’Angola avec l’appui de la RDC de faciliter le processus de dialogue entre le Rwanda et l’Ouganda. Les quatre chefs d’Etat avaient alors salué la volonté politique du Rwanda et de l’Ouganda de poursuive le dialogue, en vue de trouver une solution aux problèmes existants.

Lors du sommet, les quatre chefs d’Etat avait par ailleurs condamné la persistance de groupes armés dans l’est de la RDC qui entravent le processus de paix en cours et déstabilisent les pays voisins. Les dirigeants avaient salué les efforts déployés par les autorités de la RDC pour pacifier l’ensemble du territoire national.

Les chefs d’État avaient souligné l’importance du “dialogue permanent, franc et ouvert” à développer tant bilatéralement entre les États de la région que sur le plan multilatéral, en vue de la consolidation de la paix et de la sécurité en tant que bases fondamentales de l’intégration économique.

Lors de la réunion, il avait été décidé de donner la priorité au règlement de tout différend entre leurs pays respectifs par des moyens pacifiques, par les voies classiques et dans l’esprit de fraternité et de solidarité africaines.

Les quatre pays sont membres de la Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (CIRGL), organisation intergouvernementale regroupant 12 pays de la région des Grands Lacs africains. (Fin)

 

Rwanda Day reporté au 05 octobre 2019

By admin

Kigali: La Journée du Rwanda «Rwanda Day 2019» qui devrait avoir lieu samedi le 24 août 2019 en Allemagne dans la ville de Bonn a été reportée au 05 octobre 2019.

«Chers Rwandais et amis du Rwanda. Comme promis, Rwanda Day est de retour! Il aura lieu le samedi 5 octobre 2019 dans la même ville de Bonn. J’espère vous voir bientôt en Allemagne», a indiqué dans un post Olivier Nduhungirehe, Secrétaire d’Etat au Ministère des Affaires Etrangères.

Rwanda Day est une fête de retrouvailles des Rwandais de la diaspora avec ceux de l’intérieur autour de leur Président Paul Kagame.

Initialement prévu le 24 août, Rwanda Day 2019 a été reporté parce que le Président rwandais fait partie de cinq Chefs d’Etat africains qui ont reçu l’invitation française pour participer au sommet du G7 qui a lieu à Biarritz en France les 25 et 26 août 2019. (Fin)

 

Rwanda U15 begin CECAFA Cup hunt against South Sudan

By admin

Kigali: The Rwanda U15 National team will take on South Sudan in the opening match of Group B of the CECAFA U-15 Championships on Saturday, August 17, 15:30 at Asmara International Stadium in Eritrea.

The tournament witnessed the withdrawal of Djibouti earlier in the week and has been reorganized into two groups with five teams each.

Initially, the teams had been divided into three groups with Djibouti pooled in Group C alongside Sudan and Tanzania.

The new changes have seen Sudan and Tanzania added to Groups A and B respectively this forming two groups of five teams each.

Following the reorganized draw, Group A will comprise of Kenya, Sudan, Burundi, Somalia and hosts Eritrea while Group B now has Uganda, Tanzania, Rwanda, Ethiopia, and South Sudan.

It is now all systems go in Group B on Saturday following a successful Group A action on Friday.

The Junior Wasps face South Sudan in the second game of the day which will be played after Uganda-Ethiopia action due at 1pm local time.

Rwanda will then take on Ethiopia next week on Wednesday, August 21, face Tanzania on Friday, August 23 and wind up with a tie against neighbors Uganda on Sunday, August 25, 2019.

The top two teams from each group will automatically qualify to the semis, set to be played on August 28, while the final has been scheduled for August 30, 2019, in Asmara. (End)

 

La province du Sud-Kivu frontalière du Rwanda touchée par Ebola

By admin

Un agent dans un Centre de Traitement Ebola.

Kigali: La province congolaise du Sud-Kivu qui partage une longue frontière avec le Rwanda est touchée par l’épidémie d’Ebola. Une personne est déjà morte et une autre est prise en charge.

C’est le Gouverneur du Sud-Kivu, Théo Ngwabidje, qui l’annonce dans un communiqué ce vendredi 16 Août 2019. Il rassure les pays voisins que toutes les mesures sont prises pour renforcer la surveillance aux points d’entrée et de contrôle sanitaire.

Deux cas testés positifs d’Ebola viennent d’être confirmés dans la nuit du 15 Août 2019 au Sud-Kivu, dans le territoire de Mwenga, collectivité de Lwindi, dans l’aire de santé de Cowe, village kilungutwe à plus de 100 Kilomètres de Bukavu, la capitale du Sud-Kivu.

«Depuis hier des équipes de la coordination nationale sont venues en appui pour contribuer efficacement à la lutte contre cette maladie » dit-il.

La victime, âgée de 26 ans est décédée et l’un de ses enfants testé positif est encore en vie et est pris en charge. L’enfant a été isolé immédiatement pour éviter toute contamination additionnelle. «A ce moment, tous les cas contacts sont entrain d’être répertoriés pour le suivi journalier», rassure le Gouverneur.

«Nous tenons à féliciter la réactivité de nos équipes d’intervention rapide qui ont pris des mesures nécessaires pour protéger les autres parties de la zone de santé. J’appelle la population de la ville de Bukavu, du territoire de Mwenga, de toute la province et de ses environs à garder son calme et continuer à faire confiance aux autorités politico-administratives et sanitaires qui ont pris toutes les dispositions utiles pour protéger les zones non encore touchées », dit-il.

L’autorité provinciale invite toute la population à coopérer avec les équipes de la riposte en observant les mesures d’hygiène et de prévention mais aussi en appelant le numéro vert ci après : 0811087777 pour signaler tout cas suspect.

«Nous tenons à rassurer les provinces limitrophes ainsi que les pays voisins que toutes les mesures sont prises pour renforcer la surveillance aux points d’entrée et de contrôle sanitaire. Nous les rassurons également de notre collaboration permanente à travers les services spécialisés» conclut le communiqué du Gouverneur.

Rappelons que l’épidémie d’Ebola touche la RDC depuis plus d’un an déjà. Dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri, la maladie a déjà fait plus de 1800 morts. (Fin)

 

Japan assists nutrition improvement in Rwanda through agriculture transformation

By admin

Kigali: On August 16, 2019, the governments of Japan and Rwanda agreed on Japan’s yen loan of 10 billion yen (approximately USD 91 million) to assist Rwanda’s effort to tackle malnutrition in Rwanda through Japan’s Sector Policy Loan for Nutrition Improvement through Agricultural Transformation. This is Japan’s first Sector Policy Loan to the Government of Rwanda.

This morning, H.E. Mr. Takayuki MIYASHITA, Ambassador of Japan to Rwanda, and Hon. Dr. Uzziel NDAGIJIMANA, Minister of Finance and Economic Planning of the Republic of Rwanda signed the Exchange of Notes (E/N) for the yen loan program at the MINECOFFIN office. Mr. Shin MARUO, Chief Representative of the Japan International Cooperation Agency (JICA) Rwanda office, also signed the Loan Agreement (L/A) with Minister Ndagijimana.

Since 2012, Rwanda has seen decline of stunting among children of age between 6 months and 5 years from 42% to 35% in 20181, this is only a 7%-point reduction in 6 years, far short of Rwanda’s target to reduce stunting below 19% by Rwanda fiscal year 2023/20242.

Despite substantial growth in agricultural production over the past 10 years, food security and nutrition remain concerns, especially when looking at the vulnerability to shocks at the household level. The Food Consumption Score is 76% by 2018, but a large share of the population remains dependent on rain-fed agriculture and home-consumption.

Primarily, agriculture plays the role of availing food through ensuring that production meets the diverse dietary needs of the population. Despite the growth in production over the past 10 years, staple food production remains below the targeted demand for domestic consumption and is substituted by importation.

The program will be executed by the Ministry of Agriculture and Animal Resources (MINAGRI), the National Early Childhood Development Program (NECDP), the Rwanda Agriculture and Animal Resources Development Board (RAB) and the Rwanda Biomedical Center (RBC) under the supervision of MINECOFIN. The program will focus mainly on two components of Food Security and Multi-Sectoral Coordination.

In regards to agriculture transformation related activities, the program will help MINAGRI to set up nutrition sensitive agriculture guidelines, strengthen the availability of protein rich food through the small livestock distribution program under RAB. Additionally, it will leverage on achievement of Smallholder Market oriented Agriculture Project (SMAP), a JICA Technical Cooperation Project to build the capacity of targeted beneficiaries in terms of nutrition aspects.

At a more decentralized level, the program will fill a food nutrient gap in each district and suitable nutritious crop will be identified and promoted for production. Other components includes, making crop calendar for irrigation schemes, nutrition public awareness campaigns. Since malnutrition is a multi-sectoral issue that involves various stakeholders, the program will support the coordination at national level with the NECDP to the grass root level with the community health workers and farmer promoters’ coordination.

The program is scheduled to run from 2019 to 2021, with the expectation to have big impact in eradicating the undernutrition and fighting against the stunting. (End)

 

Le Japon vient d’accorder au Rwanda un prêt de $US 90 millions pour l’Agriculture axée sur la Nutrition

By admin

Signature de l’Accord entre le Ministre des Finances, Uzziel Ndagijimana et l’Ambassadeur du Japon au Rwanda, Takayuki Miyashita.

Kigali: Le Japon et le Rwanda ont signé un accord de prêt estimé à $US 90 millions permettant au Rwanda d’améliorer l’agriculture transformative axée sur la nutrition et cet accord a été paraphé par le Ministre rwandais des Finances, Uzziel Ndagijimana, l’Ambassadeur du Japon au Rwanda, Takayuki Miyashita, et le Directeur l’Agence de Coopération du Japon au Rwanda.

«Ce crédit de $US 90 millions est un crédit avec un taux d’intérêt bas de 0,01 %. Il sera remboursé en 40 ans, avec un délai de grâce de dix ans. Le Programme sera mis en œuvre par le Ministère de l’Agriculture (MINAGRI), le Programme Nutritionnel pour le Développement de la Petite Enfance (NECDP), l’Office de Développement de l’Agriculture (RAB) et le Centre Biomédical du Rwanda (RBC). Il débutera en Octobre 2019 pour être clôturé en 2021», a indiqué le Ministre des Finances, Uzziel Ndagijimana.

Il a ajouté que d’habitude le Japon intervient au Rwanda dans les secteurs de l’énergie, eau et hygiène, transport pour la construction et la réhabilitation des axes routiers Kayonza-Rusumo et Ngoma-Ramiro.

«C’est la première fois que le Japon fait passer son appui par le budget de l’Etat. Nous nous sommes entendus sur les indicateurs à atteindre. Ceci montre la confiance du Japon dans l’utilisation des fonds publics par le Rwanda», a poursuivi le Ministre Ndagijimana.

Pour l’Ambassadeur du Japon, cet accord marque un moment historique qui apporte un réel changement des nos rapports avec le Rwanda, pays qui fait preuve d’une discipline rigoureuse dans l’utilisation des fonds publics.

«C’est pour cela que le Japon a accordé cet appui qui vise à éradiquer la malnutrition aiguë. L’appui luttera contre la situation nutritionnelle dans le pays et renforcera le développement. Ceci attirera des investisseurs japonais dans les affaires liées à réduire l’impact négatif du changement climatique. Je suis heureux de faire partie de ces efforts de transformation d’une agriculture qui lutte contre la malnutrition», a indiqué l’Ambassadeur Takayuki.

Ministre Ndagijimana et le Directeur de JICA au Rwanda.

Le Directeur de JICA au Rwanda a pris soin de souligner que JICA facilitera dans la mise en œuvre du programme qui vise 27 objectifs d’action à mener. L’on s’attachera à mettre en place des produits alimentaires riches en protéines. L’on renforcera les r et les éleveurs afin d’avoir des produits à valeur ajoutée et orientés sur le marché, toujours en conformité avec le programme national de transformation de l’agriculture. Ceci a été confirmé par le PS du MINAGRI, Jean-Claude Musabyimana, qui a mis l’accent sur des aliments fortifiants et à valeur ajoutée en quantité suffisante et en haute qualité.

Interrogé sur le prochain 7ème Sommet des pays membres de l’UA et le Japon (TICAD), l’Ambassadeur Takayuki a rappelé que le TICAD a débuté en 1993 et que depuis lors, l’on enregistre plus d’investissements et plus de commerce en provenance du Japon.

«Notre objectif est de créer une société africaine plus résiliente face à la gestion des désastres, mais aussi face au souci d’avoir un continent pacifique et sécurisé. Le problème est que malheureusement l’Afrique enregistre des points d’insécurité», a-t-il dit.

Avec les Invités de marque.

 

La RDC impose un visa de séjour aux travailleurs rwandais

By admin

Kigali: Les travailleurs rwandais qui œuvrent en RDC vont désormais acheter un visa de séjour pour venir travailler, a décidé la Direction congolaise des migrations (DGM).

Ces travailleurs identifiés comme des petits commerçants, maçons, domestiques rwandais travaillant à Goma ou encore de grands commerçants, ne peuvent plus entrer par la Grande ou la Petite barrière avec des jetons qui étaient délivrés gratuitement.

Selon la Radio Okapi parrainée par l’ONU qui livre cette information, le visa de séjour coûte entre 20 dollars américains pour les petits travailleurs et 300 dollars pour les fonctionnaires étrangers.

Plusieurs travailleurs rwandais qui œuvrent dans le secteur informel à Goma n’ont pas pu traverser la frontière entre Gisenyi et Goma, ce jeudi 15 août, premier jour de l’application de la mesure.

Selon toujours le média onusien, le Rwanda applique déjà cette mesure aux Congolais vivant au Rwanda et ceux qui se rendent quotidiennement à Gisenyi. Même les étudiants congolais étudiant au Rwanda étaient sommés d’exhiber leur visa d’études pour traverser. L’un des étudiants qui a requis l’anonymat a déclaré que sans ce document, on est d’abord exclu de l’université avant d’être refoulé.

Par ailleurs, le Rwanda envisage même que, dès la rentrée scolaire prochaine, de faire en sorte que tous les jeunes congolais habitant Gisenyi et qui étudient à Goma, choisissent l’option d’un hébergement en RDC même.

Du côté congolais, les responsables de la DGM contactés par Radio Okapi, déclarent que la mesure de visa d’études existe, et qu’on en est encore à l’étape de la sensibilisation des étudiants rwandais avant de l’appliquer, «très prochainement».(Fin)

 

Minister Müller visits Central and East Africa: “More engagement in Africa is in Germany’s interest”.

By admin

Federal Development Minister Gerd Müller and RDB CEO, Clare Akamanzi

Kigali: Federal Development Minister Gerd Müller left after two day successful visit in Rwanda to continue his Central and East Africa trip. His mayor focus lays on the promotion of investments, the fight against pandemics and climate and environmental protection.

“Climate protection, raw materials, investments for more jobs – in Africa many of the questions that bother us in Germany are decided. The Marshall Plan with Africa is beginning to take effect, and German-African trade has grown at a clearly above-average rate in the first five months of the year. This dynamic must now be reinforced by an innovation and investment offensive on the African continent, which must also be reflected in our and the EU budget,” said Minister Müller before his departure.

On his first stop in Rwanda’s capital Kigali, Minister Müller met with German entrepreneurs to ex-change on the business climate in Rwanda, amongst them Siemens, Kochendörfer and Volkswagen Rwanda, represented by CEO Michaella Rugwizangoga. He also used the opportunity to talk to GIZ and KfW.

Development Minister Müller: “Rwanda is a good example of how a consistent reform policy and the promotion of investment attract companies from all over the world. We are committed to making it possible for the private sector to continue to invest more and to improve vocational training. At the same time, I will clearly address existing short comings in democracy and the rule of law.”

He was welcomed by Dr Uzziel Ndagijimana, Minister of the MINICOFIN and Ambassador Olivier Nduhungirehe, State Minister of the MINAFFET, to discuss potential future cooperation and intensification of the existing partnership with the Federal Republic of Germany.

Afterwards he signed a MoU with the RDB on fostering economic development in Rwanda and cre-ate vocational training and job opportunities, especially for young people, with a view to giving people new options for a better future.

Rwanda is a partner country within the G20 Compact with Africa. In that context, it has committed itself to improving the country’s business environment in order to foster higher levels of investment, greater economic growth and, thus, the creation of more jobs.

The BMZ is supporting the G20 Compact with Africa in Rwanda by providing assistance from its new Special Initiative on Training and Job Creation. With this special initiative, the Federal Ministry for Economic Cooperation and Development of the Federal Republic of Germany wants, among other things, to develop joint projects with African, German and European businesses that will help reduce disincentives to investment and thereby foster the creation of jobs and training places. The measures planned so far are to create, or improve the conditions of, 2,200 jobs and 4,500 training places.

Before concluding his visit, he held fruitful bilateral talks with H. E. Paul Kagame, President of the Republic of Rwanda. (End)

 

❌