WebRwanda.com

🔒
❌
There are new available articles, click to refresh the page.
Before yesterdayIGIHE - Version Française

I&M Bank introduit un nouveau moyen de paiement électronique dit Multicurrency Prepaid Platinum

By Jovin Ndayishimiye

I&M Bank dit avoir réalisé cette carte en partenariat avec l'institut Mastercard. Le dirigeant de MasterCard, Frank Molla, a déclaré ce jeudi son engagement à éliminer complétement la monnaie physique.

"Pour les utilisateurs de cette Multicurrency Prepaid Platinum, particulièrement dans vos voyages dans le monde, il est 50 millions de places dans le monde où vous pouvez vous procurez de biens ou de services", a dit Molla confiant à l'assistance que MasterCard international est en pourparler avec la Banque centrale rwandaise, BNR, et d'autres banques intéressées pour une plus grande adoption de ce moyen de paiement.

D'après Molla, cette carte est utilisée dans plus de quinze pays du monde dont ceux des USA, de l'Europe et de l'Asie du Sud Est avec quuelques 300.000 utilisateurs.

Avec Multicurrency Prepaid Platinum, le convertisseur instantané incorporé permet d'utiliser des places de marchés où on utilise des dollars, des yens, la livre sterling, le franc CFA, Franc rwandais, des Euros.

Pour Cyusa, le chef du service IT de I&MBank, cette carte fait des heureux dans le chef des importateurs qu peuvent s'approvisionner à la source chez le fournisseur sans aucune inquiétude de change en sa monnaie locale.

"Cette carte est une des voies de solution de la disponibilité des devises étrangères dans le pays", a dit Cyusa qui montre que les voyageurs d'affaires rwandais à l'étranger pourront voir le convertisseur électronique de la Multicurrency Prepaid Platinum manier le change de plusieurs millions de devises nécessaires partout où ils seront, proportionnellement à la taille de leurs comptes dans les banques locales.

Les heureux participants à la cérémonies de ce jeudi ont acheté cette carte à 17.500 francs alors que son prix normal est le double de cela. LA carte, a-t-on annoncé est disponible dans toutes les agences de I&M Bank.

Images de la rencontre

Faith Kobusingye, MC de la cérémonie
Frank Molla, Directeur de Mastercard Rwanda
Robin Bairstow, CEO de I&M Bank annonce aux Rwandais les opportunités intéressantes qu'offre cette carte de paiement électronique international
Artiste Netpunez Band se produit et fait sensation pour le succès de cette soirée
Multicurrency Prepaid Platinum Card introiduite pour la première fois au Rwanda par I&M Bank Rwanda Plc
Robin Bairstow CEO I&M et Molla de Mastercard
Cyusa Charles Eloi, Chef IT département de I&M Bank

IGIHE

Musanze : un vice maire arrêté pour violence, coups et blessures,faite à sa femme

By Jovin Ndayishimiye

Cette femme de trente ans porte des hématomes aux yeux, des coups à la tête et à la joue, disent les infirmiers sous le sceau de l'anonymat.

Avec Umuseke.rw

IGIHE

TICAD7 : Shinzo Abe met en garde l'Afrique contre aides et emprunts chinois non contrôlés

By Jovin Ndayishimiye

C'est une question de doctrine. Le Premier Ministre Shinzo Abe a rappelé que la TICAD a l'objectif de planifier les investissements des infrastructures africaines avec l'apport des institutions financières japonaises.

Ce qu'il ne dit pas c'est qu'une telle conférence internationale réunissant dirigeants africains avec les autorités japonaises existe aussi à Pékin où elle réunit l'Afrique et la Chine.
Cette afrique qui a un marché de plus d'un milliard d'habitants est courtisée par le monde industrialisé. Chacun veut tirer la couverture sur soi.

Pour Shinzo, soucieux de la sécurité des capitaux japonais placés en Afrique, "plusieurs pays africains sont gonflés de dettes énormes, supérieures à leur taille".

Au cours de son akllocution, Shinzo a annoncé que le Japon va organiser un séminaire d'experts issus de 30 pays africains pour "discuter des stratégies à mettre en place pour les pays africains de lutte contre les défis économiques et de solutionnement de la lourde dette africaine".

Il s'est dit, lui comme les investisseurs de son pays, inquiet de trop de dettes extérieures contractées par les pays africains encore que le Japon "est intéressé d'entrer activement sur le marché africain".

"Le Japon poursuit beaucoup de projets en Afrique. Mais la Chine a vite fait d'innonder cette Afrique de ses investissements. Il est difficile d'harmoniser les actions de ces deux pays sur le terrain africain", a dit Shoji Takamatsu, expert économiste japonais. Il faisait allusion au fait que la Chine avec ses 60 milliards de dollars accordés à l'Afrique rien que l'an passé uniquement, bouscule toutes les règles d'investissement du capital occidental, ce qui est inquiétant pour les capitaux japonais devant être investis dans le secteur alimentation-nutrition et santé.

Pour la Chine, l'Afrique se construit avec sa population sans cesse montante de façon exponentielle. Aussi, a-t-elle amassé assez de capitaux depuis 1950 au point que ses aides et emprunts à l'Afrique peuvent être échangés contre des matières premières stratégiques pour ses industries. Ne pratique-t-elle un capitalisme d'Etat au moment où le monde occidental favorise le commerce du dollar investi souvent par des individus à titre personnel mais protégé par les pouvoirs publics ?

Jovin Ndayishimiye

Kicukiro : Une maison sans permis de construire démolie

By Jovin Ndayishimiye

Le propriétaire de la parcelle se plaint de cette sanction et exige 5 millions de francs de compensation des travaux qu'il venait de réaliser et qui ont été anéanties.

"Ceci est une violation de droits humains. Pourquoi les autorités de l'urbanisme démolissent certaines constructions sans permis de bâtir et laissent d'autres", se plaignent les voisins de ce citoyen qui a vu tous ses travaux voler en fumée.

"La maison démolie en question était à peine commencée. Le propriétaire avait à peine posé la toiture", a confié au journal Umuseke, le secrétaire Exécutif de Cellule Busanza disant que certains citoyens qui construisent anarchiquement le font en se cachant des autorités locales pour les mettre devant un fait accompli une fois ces habitations achevées.

Le dirigeant de cellule a un alibi.
"Cette maison a été fébrilement élevée alors que je participais à un séminaire de bonne gouvernance de deux jours. Au retour, j'ai demandé au propriétaire de fournir un permis de construire qu'il n'avait pas", a confié au journal ce dirigeant se disant être dans l'obligation d'ordonner la démolition de cette habitation pour se conformer aux normes et directives du service de l'urbanisme.

IGIHE

Les feux de brousse attaquent le marais de la Nyabarongo

By Jovin Ndayishimiye

Ce marais fait de roseaux a continué à brûler jusqu'aux heures tardives de la nuit. Selon le relief et le fait que le marais est impraticable, les services de Police anti incendie n'ont pas pu fonctionner. On a fait recours aux hélicoptères de l'Armée de l'air pour éteindre ces feux de brousse.

Des investigations sur les causes de l'incendie évaluent trois pistes dont les bergers en quête d'herbe fraîche pour leur bétail, les chasseurs de gibier dénommé Inzobe et la forte teneur de la tourbe de ce marais qui peut provoquer cet incendie.

Des circonstances heureuses d'une pluie abondante qui est tombée sur le marais aux cours de ces heures de petite matinée du 30 août sont venues aider les hélicoptères à éteindre cet incendie.

Avec Umuseke.rw

IGIHE

Kagame rencontre Shinzo Abe, Ramaphosa, Mnangagwa àYokohama

By Jovin Ndayishimiye

Les présidents Cyrille Ramaphosa et Paul Kagame se sont réjouis de la reprise quand bien même un peu timide des relations entre leurs deux pays.

Avec le premier Ministre Shinzo Abe, Kagame envieux du développement économique du Japon rêve de sa technicité. N'a-t-il pas récemment aiguillonné ses jeunes universitaires étudiant à l'étranger alors qu'ils concluaient leur service militaire ITORERO qu'ils doivent rêver construire des véhicules au lieu de simples habits ? Dans tous les cas Kagame a su gré à Shinzo de voir déjà son pays accorder 350 millions de dollars d'aide au développement.

IGIHE

Gen. Elly Tumwine, Ministre ugandais de la securite, confirme au Parlement, l'existence des maisons d'arret secretes

By Jovin Ndayishimiye

Sa comparution survient après une enquête parlementaire commandée par Mme Rebecca Kadaga, la Présidente du Parlement ugandais sur l'existence de ces Safe Houses àLwamayuba de Kalangala et à Kyengera de Wakiso dans la Ville de Kampala.

Ce mercredi, le Ministre a comparu devant Janepher Nantume Egunyu pour réondre aux questions de tortures qui se font dans ces Maisons secrètes.

« Mais ces Safe houses existent dans plusieurs pays du monde. Elles coordonnent les activités de contre espionnage. C'est une activité secrète. Ça ne se passe pas comme ici au Parlement », a-t-il lancé aux honorables parlementaires leur clouant la bouche.
A la question d'interdiction de visite de ces Safe houses, les députés ont manifesté une sorte de désapprobation au point que certains dont Kagulanyi alias Bob Wine a décidé de quitter cette Commission de Droits Humains qui ne peut pas protéger des citoyens ugandais emprisonnés dans des espaces secrets.

La question de ces maisons secrètes est d'actualité en Uganda. Ce ne sont pas uniquement des Uganda qui y séjournent. C'est aussi des Rwandais résidant ou en voyage en Uganda qui sont arrêtés et y emprisonnés, sous prétexte qu'ils ne veulent pas adhérer au mouvement rebelle anti rwandais du RNC/ Rwanda National Congress. Ils sont dès lors taxés d'espionnage au profit du Rwanda par les agences nationales ugandaises de sécurité ISO/Internal Security Organisation et CMI qui apportent un appui ferme au RNC du général dissident rwandais Kayumba Nyamwasa.

Ce qui est étonnant, ce sont ces méthodes brutales d'enlèvement suivi de torture qui accompagnent les arrestations de citoyens rwandais pour être acheminés, les yeux bandés, dans ces Safe houses. Il est cité un certain Eric Rugorotsi,commerçant à Kigali en voyage àKampala pour importation de pièces de rechange pour véhicules, porté disparu le 25 octobre 2018, de David Twahirwa, en voyage en Uganda, le 15 décembre de la même année.

C'est aussi le cas de Pasteur Théoneste Ntakirutimana, dirigeant de l'ADEPR Uganda (Association des Eglises de Pentecôte au Rwanda), arrêté le 28 mars 2019 et Asiimwe Appolinaire, le 7 avril dernier. Mais c'est aussi un agent de change rwandais Deus Gasana arrêtéle 3 avril dernier. Tous ont été visiblement raflé par l'ISO.
Les activistes des droits humains récusent le fait que ces derniers ont été arrêtés dans la stricte ignorance du respect de procédures régulières d'arrestation, de détentions, et du droit d'être légalement assisté par un avocat.

Il est aussi décapant de voir des médias peu professionnels, plutôt propagandistes du gouvernement ugandais, crier au crime d'espionnage de ces citoyens rwandais.
En d'autres termes, les sociétés civiles ugandaises et rwandaises sont soit ultranationalistes, soit elles observent de façon lointaine ces pratiques d'un autre âge se commettre sans lever leur petit doigt.

Igihe

Brussels

By Claudine

Conférence Japon-Afrique : Kagame, chantre du secteur privé africain à Yokohama

By Jovin Ndayishimiye

participe actuellement à la 7ème Tokyo International Conference on African Development, TICAD. Initiée en 1993, cette Conférence se penche sur les débats centrés un dynamisme soutenu du développement de l'Afrique par le biais du renforcement de capacité des citoyens, des TICs et de la promotion de la créativité et de l'initiative privée.

Au cours du lancement des travaux de la Conférence, le Président du Rwanda, Paul Kagame a prononcé un discours appréciant le bilan de la coopération japonaise avec l'Afrique.
Il est rapporté que cette note a fait que le Japon s'est décidé de continuer à être un partenaire privilégié de l'Afrique.

Le discours de circonstance de Kagame a insisté sur le fait que la première conférenceTICAD s'est tenue dans "des circonstances d'une vision encore floue de l'Afrique".

Où le Président Kagame voulait-il en venir ? Au choix du gouvernement rwandais d'alors (2013) qui a décidé de promouvoir particulièrement le Secteur Privé.

Avanti le capitalisme orthodoxe international

"Le Rwanda a invité le secteur privé dans un partenariat privilégié pour le développement général du pays centré sur trois axes dont la bonne gouvernance", a dit Paul Kagame disant que le Gouvernement s'est ressourcé sur les annuels rapports Doing Business de la Banque Mondiale pour faire du Rwanda un hub des affaires.

Ici le Président rwandais ne cache pas ses préférences pour l'éclosion d'un système capitaliste universel adulé comme mode de gouvernance de son pays qui, avec une population de plus de 80% de petits et pauvres fermiers agricoles vivant d'une économie de semi-subsistance.

Comme pour insister sur l'engagement de l'Afrique pour un environnement sain des affaires, Kagame a montré, au cours de son allocution, que l'espace EAC (Communauté de l'Afrique de l'Est) dont le Rwanda est un membre actif a mis sur pied des juridictions traitant de contentieux et litigs commerciaux dans un effort de maintenir haut le dynamisme des affaires et foisonnement des investissements dans la région.
La conférence n'était pas indiquée pour soulever des malentendus qui naissent de temps à autre entre les régimes de l'espace EAC en question comme celui qui oppose le Rwanda à l'Uganda ou le Rwanda au Burundi. Il s'entend que le Président les prend comme des questions d'infantilisme minant le développement et l'éclosion des affaires.

Plus loin, le discours de Paul Kagame du Rwanda a pris des allures d'un bilan d'une économie rwandaise roulant sur les principes sacro saints du capitalisme orthodoxe.

"Le Rwanda a beaucoup investi dans les infrastructures socio économiques en partenariat avec le secteur privé. Nous avons aussi construit des infrastructures nécessaires pour une économie basée sur le numérique. Nous voulons construire une économie roulant sur les TICs (Technologies de l'Information et de la Communication)", a dit Kagame qui n'a pas oublié de relever que toutes ces stratégies devront promouvoir la créativité et l'industrie typiquement rwandaise avec la consommation et commercialisation de produits fabriqués au Rwanda.

Pour rappel, la coopération nippo rwandaise a évolué depuis 2008 au point que, par le truchement de la JICA, l'agence japonaise de coopération internationale, le Japon a, à ce jour, accordé au Rwanda plus de 350 millions de dollars d'aide au développement.

IGIHE

La Gouverneure de District 9150 Rotary encourage la médiatisation des actions bénévoles des clubs

By Jovin Ndayishimiye
Photo de groupe des participants à la soirée de gala

La Gouverneure de District Rotary 9150 a souligné le besoin de voir les Clubs rwandais s'étendre et accueillir de nouveaux adhérents.
Elle a apprécié les projets des Clubs Rotary rwandais dont le Club Kigali-Virunga et son projet de préparation Gasabo/ Kinyinya, d'une sorte de motel pour des séjours gratuits de garde-malades des cancéreux qui viennent se faire traiter à l'hôpital militaire de Kanombe qui a ouvert un département de consultation pour cancéreux. C'est aussi le projet de Rotary Club Kigali Mont Jali et son projet d'une formation de de couture pour femmes et un autre de biogaz environnemental pour ménages rwandais.

La Gouverneure de Rotary District 9150 a aussi apprécié sa visite à la Bibliothèque Nationale de Kacyiru, un quartier centre nord de Kigali ; une bibliothèque dont la construction a été initiée par Rotary Rwanda.

"Nous devons agrandir notre famille de Rotariens pour que nos actions d'abnégations au profit des nécessiteux puissent être plus parlantes", a dit Anne Nkodia encourageant ces patrons d'entreprises et autres hautes personnalités publiques a entretenir un courant de bénévolat public actif dans un effort de contribuer à l'action et aux programmes d'assistance gouvernementale aux profit des communautés de base nécessiteuses.

"Les Clubs rotary africains ont peu d'adhérents contrairement à l'Europe. Il nous faut être nombreux pour entreprendre de grandes actions bénévoles pour nos pays", a dit Nkodia qui, en passant a fait une confidence à l'assemblée sur les conseils qu'elle a prodigués aux peu rotariens de Bujumbura/Burundi regroupés en 6 clubs.
"Je les ai encouragés à former plus de clubs que ceux-là. Pour cela, je leur ai dit de faire assez de publicité sur eux et leurs actions afin que d'autres citoyens burundais y adhèrent plus nombreux", a-t-elle dit montrant sa tentative de casser la philosophie et l'esprit de clubs restreints que semblent épouser les Rotariens de cette région d'Afrique des Grands Lacs.

Mugisha Albert, directeur des opérations près BDF-Rwanda/ Business Development Fund, partenaire de Rotary Rwanda, avait répondu à l'invitation

La Gouverneure de Rotary District 9150 a encore une fois insisté sur le fait que beaucoup d'actions bénévole en matière de lutte contre l'analphabétisme, de santé et eau potable pour tous, de règne de la paix, de lutte contre les épidémies dont la poliomyélite et de sécours aux malheureux indigents ; que ces actions passent inaperçu, les média n'en parlant pas.
Elle a cité le projet de voyage de médecins spécialistes indiens MEDICARE au Rwanda pour y soigner gratuitement des patients. "Cela a été une action initié par Rotary rwanda", a-t-elle dit.

Mme Rugera Jeannette, Assistante de la Gouverneure du Rotary District 9150, troisième à gauche offre un cadeau de bon souvenir du Rwanda à sa Gouverneure Anna Kemajou Nkodia

Dans un sursaut d'humilité, Nkodia a montré qu'elle n'est pas entrée au Rotary pour qu'elle soit reconnue pour ses actions bénévoles, mais "pour que chaque citoyen de mon pays ait accès à l'eau potable,à l'école publique...Ceci, une fois fait, ça influera sur un bon partage de ressources et fera de l'Afrique un continent où règne une paix durable", a dit cette mère éprise d'esprit de partage humanisant partant du fait qu' "un tel ayany dix paires de souliers devrait en vendre deux au profit d'un enfant qui n'a pas de frais scolaires et risque d'abandonner l'école".

Mugisha Albert, directeur des opérations près BDF-Rwanda/ Business Development Fund, partenaire de Rotary Rwanda, avait répondu à l'invitation
Eddy Kimenyi Sebera, président de Rotary Club Kigali Doyen
Photo de groupe des participants à la soirée de gala

IGIHE

Rwanda, Cameroun et Côte d'Ivoire résisteraient le mieux à une crise économique, selon Moody's

By Jovin Ndayishimiye

Les conflits commerciaux ouverts tout azimut par le Président Trump pesant chaque jour un peu plus sur la croissance mondiale, l'agence de notation Moody's a essayé d'évaluer quels étaient les pays d'Afrique subsaharienne qui surmonteraient le mieux une crise économique et qui seraient donc capables de continuer à rembourser leurs créanciers. Selon un rapport publié le 15 août, c'est le Rwanda qui semble capable de la meilleure résilience budgétaire face à un coup de chien.

Certes, le niveau d'endettement de l'Afrique subsaharienne a cessé de croître, car l'ensemble des pays de la région a diminué ses dépenses en moyenne de 1,1 point de pourcentage de son produit intérieur brut (PIB) entre 2015 et 2018. Toutefois, l'endettement de la région est nettement plus élevé qu'il y a cinq ans et prive la plupart des gouvernements de la possibilité de soutenir l'activité économique en cas de crise, notamment en cas de chute des prix des matières premières qui sont les grandes pourvoyeuses de devises de l'Afrique subsaharienne.

En cas de fort ralentissement de l'économie mondiale, quels sont les pays dont les budgets résisteraient au choc ? Ceux qui seraient capables d'une plus grande flexibilité en taillant très vite dans leurs dépenses. En effet, explique David Rogovic, vice-président de Moody's et co-auteur de l'étude, « une réduction des dépenses est souvent moins complexe à mettre rapidement en œuvre que des mesures destinées à augmenter les recettes budgétaires ».

Couper dans les dépenses d'investissements
Comme la baisse des dépenses obligatoires (salaires de la fonction publique et subventions, par exemple) est politiquement très délicate, ce sont les coupes claires dans les dépenses d'investissement qui sont les plus efficaces pour redresser les comptes publics, comme le montre le cas de l'Angola.

Pour faire face à l'effondrement des cours du pétrole en 2014, ce pays a taillé dans ses dépenses d'investissement l'équivalent de 22 % de son PIB entre 2014 et 2016. Cette réduction des investissements suscite moins de protestations puisqu'elle ne touche pas au quotidien des populations, mais elle pénalise le développement à long terme en ce qu'elle retarde l'équipement du pays en infrastructures de base.

Jeune Afrique

Rwanda-Uganda ; Ofwono Opondo relance la guerre froide entre les deux voisins

By Jovin Ndayishimiye

Il a fait ces déclarations à la VOA Kinyarwanda de ce matin 23 août montrant que le climat plutôt froid entre les deux pays persistent malgré les efforts du médiateur angolais Joao Lourenço.

M. Ofwono Opondo, Ministre de la Communication et porte parole du gouvernement ugandais. De tort à travers !

Sans penser que cela aurait pu survenir, la VOA a interrogé son correspondant à Kampala de confirmer le fait que ces média en ligne rwandais ne sont pas visibles sur internet, celui ci aurait refuté cette accusation disant qu'il ouvre parfaitement ces médias. Qu'aurait-il pu faire le pauvre même si les accusations du Newtimes étaient véridiques ?
Ce média a montré une façon peu professionnelle de faire ou ne veut-il pas jeter du feu sur la poudre en confirmant les accusations des médias rwandais.

M. Ofwono Opondo donne d'autres déclarations montrant que les accords de paix de Luanda peuvent être fragiles. Pour lui, le fait que le Rwanda exige que ses milliers de citoyens emprisonnés en Uganda dans des conditions exécrables et tous arrêtés dans des conditions défiants les droits humains, cela ne devrait pas surtout que "ce sont des espions qui doivent suivre une procédure judiciaire".

Le Pauvre ministre escamote le fait que même ceux qui sont relâchés sortent de leurs cellules handicapés ou portant des hématomes ineffaçables sur leurs corps pour être déportés manu militari, dépouillés de tous leurs avoirs.

Des accords de Luanda mal rédigés donc non détaillés

Au fond, le Ministre a raison. Les accords recommandent expressément la réouverture des frontières entre les deux pays mais ne disent rien sur la suite réservée à ces citoyens rwandais qui séjournent dans les cachots Ugandais sous suspicion d' "espionnage de l'Uganda au profit du Rwanda".

Et puis c'est quoi cet espionnage ? Pourquoi le Rwanda de Paul Kagame s'acharnerait-il sur l'establishment ugandais ?
"Ofwono dit que pour ces Rwandais détenus en Uganda le Rwanda ne devrait pas en faire un cas. Pourquoi l'Uganda fait-il deux poids, deux mesures ? Pourquoi il y a une autre catégorie de Rwandais qui ne sont pas inquiétés ?", s'est interrogé Olivier Nduhungirehe au micro de la VOA montrant qu'il a la réponse à la question qu'il venait de poser.

Une poignée de main entre Kagame et Kaguta scelle un dégel des relations rwando ugandaises

Si les accords demandent précisément à l'Uganda de se désolidariser des groupes dissidents rwandais et de ne pas leur apporter son soutien, cela ne veut pas dire que ce sera fait comme il se doit.

Supposons que ces Rwandais dans les cachots et prisons du CMI (Service de Renseignement Militaire Ugandais) sont vraiment des espions rwandais. L'Uganda sait qu'il a commencé à faire des rafles de Rwandais qui ne voulaient pas rejoindre la rébellion du RNC (Rwanda National Congress) du général dissident rwandais Kayumba Nyamwasa.L'Uganda sait bien autant que les médiateurs angolais Lourenço et congolais Tshisekedi qu'ayant vu que ses citoyens se rendant en affaires diverses, familiales, commerciales, d'études et autres, se sont vu arrêter et forcer d'adhérer au RNC-FDLR et de rejoindre leurs camps d'entraînement dans les provinces orientales congolaises du nord et du sud Kivus.

Il sait combien d'efforts le Rwanda a consenti pour désorganiser ces camps. Pour cela il se venge sur de simples voyageurs rwandais qui, si daventure, pouvaient rentrer au Rwanda, ayant assisté à ces recrutements forcés, devaient en bons citoyens rapporter simplement ce qui se trame de négatif pour le Rwanda en Uganda.

On lit une liesse gênée du médiateur angolais Joao Lourenço, au milieu. Il tient les mains de Yoweri Museveni à sa droite et Kagame à sa Gauche.
On lit une liesse gênée du médiateur angolais Joao Lourenço, au milieu. Il tient les mains de Yoweri Museveni à sa droite et Kagame à sa Gauche. {JPEG}

Non ! M. Ofwono autant que son patron Museveni doivent enterrer la hache de la vengence sur Kagame en violant les droits élémentaires de ses sujets.

Comment dans ces conditions Kagame peut-il autoriser la réouverture de ses frontières vu que les causes du malentendu restent entières.

Une presse professionnelle évite des difammations
Les médias rwandais et ugandais se comportent dans cet incident de façon chauvine. Ils tombent dans le nationalisme exacerbé chacun de son côté de la frontière. C'est triste.
On a vu une presse rwandaise démonter les origines de Museveni pour le retracer à Butare au Rwanda. Cela n'aurait pas été une mauvaise chose si ces propos n'étaient pas écrits de façon disgracieuse, qu'ils sont allés graduellement vers une désobligeance patente malheureuse à propos de la mère de cette personnalité qui, dans le temps, de 1994 à hier, était choyée par les Rwandais.

Il en va de même de la presse ugandaise qui prend goulûment des propos venimeux des hautes personnalités ugandaises qui ont maille à partir avec le Président rwandais Paul Kagame qu'elles ont tenté d'éliminer depuis les années 1998 qu'il était Vice Président et ministre de la Défense.

Un cercle criminel plus grand, un complot ourdi contre une nation
Pourquoi depuis ces années là Kagame a dû chercher des méthodes douces pour contourner les pièges mortels que Museveni lui tendaient par le biais de ses militaires félons. Pourquoi le Rwanda a-t-il décidé de médiatiser actuellement ce conflit vieux de quelques vingt ans ? Kagame ne s'était-il pas tu tout ce long temps parsemé d'incidents mortels réguliers ?

Avec la fusion du RNC et de FDLR/Forces Démocratiques de Libération du Rwanda jugées viscéralement négationnistes et cherchant une revanche pour, plus tard, rééditer leurs criminels exploits génocidaires de 1994 ; Kagame a vu que la capacité de nuisance de son oncle n'était plus tournée contre lui seul mais contre toute la nation rwandaise. Ne fallait-il pas pas qu'il prenne des mesures empêchant des recrutements massifs de Rwandais pour ces FDLR et RNC, par le découragement de voyages en Uganda et une réduction drastique des échanges transfrontaliers ?

Média et Société civile : Il n'est pas trop tard de se ressaisir
Les médias des deux pays devraient tempérer le jeu et rappeler à la fraternité consanguine et d'armes entre les deux régimes et peuples frères. Une presse professionnelle est éthique par excellence.Elle doit éviter des quolibets adressés à l'autre partie. Elle doit éviter d'être un porte-voix gouvernemental comme le souhaitent tous les régnants du monde entier et chercher à exploiter et porter haut ce qui unit, ce qui est un facteur de paix plutôt que de mettre du feu à la poudrière.

Jovin Ndayishimiye

Les points saillants des accords rwando-ugandais signés à Luanda

By Jovin Ndayishimiye

Deux points saillants figurent en bonne place dans les accords. Ils sont la cause essentielle de la détérioration des relations commerciales et de bon voisinage entre les deux pays.

Ce sont le respect de l'intégrité territoriale de chaque pays voisin et l' arrêt d'actions destabilisatrices de son voisin dont le recrutement de combattants de groupes armés et autre soutien leur apporté.
Mais c'est aussi la protection et le respect des droits des citoyens de l'autre partie à résider ou à transiter de façon légale par ce pays.

A l'endroit du Rwanda, les Accords stipulent la rapide reprise des activités transfrontalières dont la libre circulation des personnes et des biens pour le développement et les bonnes conditions sociales de leurs citoyens respectifs.

Une Commission mixte rwando ugandaise de veille au respect des dits accords devra être mise sur pied. Elle sera dirigée par les ministres des affaires étrangères des deux pays et elle sera composée de ministres en charge de sécurité et des Chefs des services de renseignement militaire des deux pays.

Les accords recommandent aussi que les médiateurs angolais et congolais soient régulièrement informés du processus de leur mise en application

Ces accords précisent qu'ils sont immédiatement applicables, que toute incompréhension par l'une ou l'autre partie sera portée à l'attention des médiateurs versée au dialogue impliquant les deux parties intéressées.

IGIHE

Contentieux Rwanda-Uganda : une médiation angolaise réussie

By Jovin Ndayishimiye

Paul Kagame et Yoweri Museveni ont donc fait le déplacement de Luanda pour signer un accord de cessation des inimitiés entre les deux Chefs d'Etat en présence de Joao Lourenço d'Angola, de Félix Tshisekedi de la RDC et de Denis Sassou de Congo Brazzaville.

"Nous avons eu la chance de débattre en profondeur de plusieurs problèmes selon notre entendement. Les Accords signés aujourd'hui montrent qu'il y a un cheminement à entreprendre dans la tentative de leur solutionnement", a déclaré à la Presse, Paul Kagame, à la fin de la séance.

Ce langage diplomatique montre un sceptissisme quelconque quant au respect de ces accords par la partie adverse ?

Pour sa part, Kagame a fait une déclaration de bonne volonté à la Presse.

"Je ne vois aucun problème dans la collaboration du Rwanda avec le Président Lourenço, Tshisekedi et particulièment le Président Museveni dans la recherche de solution des problèmes que nous nous sommes engagés d'éradiquer", a dit Kagame montrant que si d'avanture il apparaîtrait des distorsions dans l'exécution de ces accords, cela ne viendra pas du Rwanda.

Ces accords encouragent la partie ugandaise à abandonner ses soutiens actifs aux groupes rebelles armés RNC/Rwanda National Congress et FDLR /Forces Démocratiques de Libération du Rwanda qui rêvent de destabiliser le régime de Kigali.

Et c'est pour ne pas voir les jeunes rwandais en voyage d'affaires en Uganda se faire recruter et enroler de force par les services de renseignement militaire ugandais dans les rangs de ces groupes rebelles que le Rwanda a décidé de décourager de tels voyages, que les relations commerciales rwando ugandaises en ont pati.

Une poignée de main entre Kagame et Kaguta scelle un dégel des relations rwando ugandaise
Kagame atterrit à l'aéroport de Luanda

IGIHE

La Police abat deux voleurs violents

By Jovin Ndayishimiye

A Murambi de Masaka, le voleur abattu tentaient d'entrer avec effraction dans une maison endormie d'une vieille maman Françoise Kankindi. Il a été pris par surprise par la patrouille alors que lui et ses deux compères trouaient à l'aide d'un fer à béton la maison de cette mère pour mieux s'y introduire. il lui a été intimé l'ordre de s'arrêter et n'a pas obtempéré.

A Murambi de Nyanza/Gatenga, le voleur avait immobilisé sa victime, un passant du nom de Gaspard Bazubagira, tout en l'étranglant afin de mieux visiter les poches et la dépouiller de ses biens. Le présumé criminel décédé avait environ 25 ans.

Les autorités de base affichent sérénité et lancent un appel à ces criminels de vaquer à des activités lucratives honorables au lieu de dépouiller des honnêtes gens de leurs biens.

Elles rappellent qu'actuellement la sécurité des personne et des biens est, sur toute l'étendue du pays, cogérée par les organes de l'ordre et de la sécurité en partenariat avec les citoyens ordinaires.

IGIHE

Un Secteur bancaire rwandais dynamique : Equity Bank achète 62% d'actions de BPR Atlas Mara

By Jovin Ndayishimiye

En effet, BPR Atlas Mara est elle même une fusion de la BPR (Banque Populaire du Rwanda) et du Holding marocain d'investissement Atlas Mara. Ce dernier a investi pour 45% de capitaux soit 22,5 millions de dollars dans la BPR en 2015.

Pour Maurice Toroitich qui gère Equity Rwanda, le processus d'investissement des capitaux de sa banque dans BPR-Atlas Mara ira graduellement pour aboutir avec satisfaction "au début de 2020".

"Cette transaction est une bonne affaire sur le marché bancaire rwandais car une fois que les deux banques seront combinées, nous aurons une autre banque plus forte qui sera capable de faire plus que ne faisait chacune d'elles, seule", a déclaré au confrère de Newtimes le 1er mai dernier.

“Cela aura donc, à long terme, des conséquences positives pour les clients et les actionnaires”, a-t-il ajouté.

Ici il est question de voir dans cette fusion des développements intéressants en matière d'octroi d'un grand volume de crédits. Ce nouveau géant du secteur bancaire rwandais pourra-t-il casser le régime intenable de hauts taux d'intérêt proposés par les banques commerciales rwandaises ?

igihe

Kagame en Namibie : Une gamme d' Accords commerciaux et d'investissement avec son homologue Geingob

By Jovin Ndayishimiye

A Windhoek, Kagame rencontre son homologue Hage Gottfried Geingob pour un entretien de travail où il sera passé en revue les différentes voies de coopération bilatérale rwando namibienne. Il est prévu la signature d'une série d'accords de coopération dans les domaines du Commerce et Investissement, exploitation minière, transport aérien, énergie, TICs, environnement et tourisme, santé, éducation, agriculture, paix, sécurité et transport.

Ce voyage, c'est tout un programme !

Il est aussi prévu que le Couple présidentiel rwandais visitera une société minière traitant le diamant pour le vendre avec une grande valeur ajoutée.

La Première Dame du Rwanda est aussi invitée par Mme Monique Geingos, la Première dame de Namibie à donner une communication sur la créativité et l'esprit d'entreprise qui doivent être une seconde nature des jeunes namibiens partant de l'esprit d'abnégation dont ont fait preuve les jeunes rwandais au sortir du Génocide des tutsi de 1994.

Mme Jeannette Kagame sera épaulée dans sa communication par l'Evêque John Rucyahana qui, lui, développera la problématique de l'Unité et la réconciliation des Rwandais après le génocide des Tutsi de 1994 et du chemin parcouru dans la reconstruction économique du pays et des stratégies de resoudure du tissu social rwandais.

Il est prévu que les jeunes namibiens qui vont être présents à ces sessions pourront échanger avec des politiciens et des chercheurs universitaires en sciences sociales.

Images de la rencontre

IGIHE

Une forte natalite dans les ménages rwandais : mentalités non evolutives, une veritable bombe a desamorcer

By Jovin Ndayishimiye

Le cas de Fortunée Mukashyaka, 35 ans, originaire de Ruhashya dans le village Bwankusi, qui vient de faire des triplets après neuf naissances bien réussies, invite à réfléchir sur la méthodologie adoptée pour la limitation de naissances au Rwanda.

Fortunée et son mari Vincent Ntahobavukira, 48 ans, ont alors une famille de 12 enfants d'une union non légitimée par un mariage officiel. Ce ménage est listé dans la catégorie II des personnes vulnérables.
Pour Fortunée, les enfants c'est le don du ciel ! On ne peut pas les refuser ! A la bonne heure. Les enseignements de l'église catholique font l'effet d'une bombe qui incendie les esprits des pauvres manants.
“Nous vivons de nos prestations chez des gens à qui nous proposons de cultiver leurs terres et de nous payer au quotidien notre pitance. Notre lopin de terre est insignifiant. Il ne peut pas à lui seul nourrir notre famille. Je trouve que notre capacité est si petite qu'il nous faut des gens de bonne volonté pour nous aider à élever ces enfants », a confié au journaliste d'Igihe venu constater cette douzième maternité pour une famille extrêmement pauvre qui aura certainement droit au lait et à la farine de bouillie mais non à un package d'argent que seules bénéficient les personnes de la Catégorie 1 d'indigents.

Ici comme ailleurs en Province du Nord ou de l'Ouest, le phénomène de la forte natalité n'est pas apparemment perçu avec toute son acuité comme un problème, confie au reporter un fonctionnaire de District Huye. Il s'entend que l'église catholique y joue un rôle quand elle ne veut pas prêcher le planning familial parmi ses paroissiens.

« Or il suffit d'une parole persuasive à ce sujet pour que les fidèles changent de dispositions spirituelles à ce sujet. Mais même les officiels gouvernementaux et ceux des gouvernements locaux n'y insistent pas assez. Ils semblent avancer le fait que faire des enfants ne devient un problème qu'au cas où la famille est irresponsable. Pourtant, ils oublient que cette irresponsabilité est un problème de stagnation culturelle savamment entretenue par une église catholique et autres confessions religieuses qui assimilent le fait de limiter les naissances par des méthodes non naturelles est un péché », a dit cet intellectuel qui propose que

« Dans les contrats de performance que les Maires de Districts signent chaque année avec le Président de la République, ces derniers devraient, en premier lieu, préciser et décrire les méthodes associant les ménages et la société civile dans les approches et débats sur la question de limitations de naissances », a-t-il ajouté montrant que la bombe démographique rwandaise sera difficile à dégoupiller dans un proche avenir du Rwanda.

“Vous remarquerez en passant que la société civile rwandaise, principalement les églises, semble ne pas encore une fois jouer son rôle au moment où en matière de pasteurs d'âmes, ces églises sont plus écoutées par leurs paroissiens, surtout que le Rwanda est très croyant. Il faut dire aussi que les milieux de recherche universitaires semblent ne pas comprendre qu'ils sont interpellés par le sujet », a indiqué un autre sociologue qui a requis l'anonymat. Il trouve que le Régime rwandais actuel ne met pas le paquet pour favoriser des études indépendantes venant compléter par leurs analyses, le Centre national de Statistique.

Jovin Ndayishimiye

Une liste officiellement agréée de candidats aux sénatoriales de ce septembre 2019

By Jovin Ndayishimiye

Il est rapporté que des 69 candidatures soumises à la Cours suprême, 63 ont été agréées. La province du Sud a une longue liste de candidats, 23, parmi eux, un certain Dr Dusingizemungu, Professeur de son état et président du collectif des associations des rescapés du Génocide des Tutsi.

La province de l'Ouest affiche aussi un score élevé de prétendants aux postes de sénateurs, 15, dont un certain Théobald Mporanyi, ancien député et investisseur clé dans les assurances. Mais c'est aussi une dame Mureshyankwano, longtemps gouverneure de province.

La province du Nord aligne 7 candidats dont la Dr Laetitia Nyinawamwiza, Directrice de l'Institut de Sciences Agronomiques et Elevage de Busogo (ISAE).

On voit de nouveaux noms apparaître sur la liste alléchés par l'odeur de la table du festin. Parmi eux, trois enseignants des universités privées du Rwanda et deux enseignants chercheurs de l'Université officielle du Rwanda que sont Dr Cyprien Niyomugabo, président de l'Académie rwandaise de langue et culture et un certain expert pharmacien Kayumba Pierre Claver. Mais pourquoi une telle séparation du corps enseignant ? Les gens discutent rarement de ces procédures tout autant qu'ils sont bouche cousue pour voir comment l'enseignement universitaire public rwandais est coiffé par des experts étrangers.

Il est prévu que la campagne pour ces sénatoriales imminentes va courir durant 20 jours, du 27 août au 15 septembre. Le Collège sénatorial rwandais est composé de 26 personnalités dont 12 issues des provinces du pays et de la ville de Kigali, de deux élues par leurs pairs chercheurs et professeurs d'universités.

Outre que le Président de la République à le privilège et grand honneur de proposer et nommer selon son bon vouloir 8 personnalités sénatoriales, le Forum National de Concertation des Partis Politiques Agréés dans le pays a le privilège d'en proposer quatre.

IGIHE

Pudence Rubingisa, elu nouveau maire de Kigali

By Jovin Ndayishimiye
Pudence Rubingisa, le Maire

M. Pudence Rubingisa a été élu nouveau Maire de la Ville pour un mandat de cinq ans. Deux maires adjoints ont aussi été élus. Il s'agit de Dr Ernest Nsabimana, chargé de l'Habitat et infrastructures et de Mme Nadine Gatsinzi Umutoni aux Affaires Sociales et Economie.

Mme Nadine Gatsinzi Umutoni Vice Maire aux Affaires Sociales et Economie

On comprend par la dénomination nouvelle des postes de vices maires que beaucoup de choses ont changé dans la nouvelle gouvernance de la ville de Kigali.
Le corps électeur a aussi porté à la tête du Conseil Consultatif Dr Jeannette Bayisenge, présidente, de Didas Muganga Kayihura, Vice Président, et de Rose Baguma, Secrétaire.

Dr Jeannette Bayisenge, Presidente du Conseil Consultatif de la Ville de Kigali

Le nouveau maire Pudence Rubingisa remplace ainsi Rwakazina Marie Chantal, récemment nommée Ambassadeure du Rwanda auprès de la Suisse. Pudence est le dernier d'une cohorte de maires de la ville de Kigali dont certains ont été éphémères. C'est dire donc que ce poste politique ne doit pas être de tout repos au Rwanda.

Dr Ernest Nsabimana,Vice Maire elu en charge de l'Habitat et infrastructures

Quelques-uns ont terminé leurs mandats de cinq ans. Aucun n'a pu fait un second mandat. D'autres ont manifesté très tôt des signes d'épuisement.

Parmi les plus coriaces, on reconnaîtra Lt-Col Rose Kabuye (1994-1998), Mutsindashyaka Théoneste (2001-2006), Kirabo Aissa Kacyira (2006-2011), Ndayisaba Fidèle (2011- 2016).

D'autres au court séjour sont Protais Musoni (1998-1999), Marc Kabandana (1999-2001), Mukaruliza Monique (2016-2017) et Nyamurinda Pascal (2017-2018).

Elections naturellement au style indirect dument constatees par la Cour Supreme

IGIHE

❌